Grands mots… Grands remèdes…

Palindrome

75

Il est des mots malicieux qui se lisent dans les deux sens. Ce sont des palindromes comme Bob, Anna, kayak ou radar. Parfois ce sont des phrases entières. Des gilets jaunes se sont mariés sur nos ronds-points et certains disent : « la mariée ira mal ». Une prédiction ? Mais de quel droit ? Non ! C’est un palindrome, une phrase qui se lit dans les deux sens.
Lire à l’endroit ! Puis lire à l’envers ? N’est-ce pas ressasser ? Vous n’avez pas tort : ressasser est aussi un palindrome !
En scrutant l’actualité, je découvre plus fort encore ! Il existe une expression qui -quelles que soient nos opinions en ces périodes agitées- convient à tous les évènements qui passent en boucle sur nos écrans. Une phrase qui nous donne toujours espoir et raison quel que soit le sens de notre lecture. C’est une phrase que les plus farouches opposants peuvent s’envoyer comme invectives. Car chacun y trouve un endroit et un envers, un appui pour ses convictions. C’est pratique, gratuit, réutilisable, biodégradable et non contondant.
C’est un miracle ! Aussi n’est-il pas étonnant que cette phrase nous vienne de la Bible, livre d’Osée 8,7. Ce texte nous dit : « celui qui sème le vent récoltera la tempête ».
Qu’on soit partisan de pression ou de répression, que l’on soit un i-zavaient-qua-pas ou un faut-que-ça-cesse, que l’on soit jaune, vert, rose, rouge, bleu marine, que l’on soit marron et qu’on fasse grise mine, que l’on soit un gilet ou un sans culotte, que l’on soit pour ce qui est contre ou contre ce qui est pour, cette phrase donne l’universelle satisfaction à peu de frais. Il serait dommage de ne pas la ressasser.

Gérard Bouvier