Grands mots… Grands remèdes…

Mince alors !

113

Exceptionnellement, je vais tout vous raconter !

Je suis tout nu devant ma glace et j’examine ma silhouette, brute de décoffrage. Une angoisse métaphysique m’envahit peu à peu. Je guette les bourrelets, je r’beuille les méplats, je liste les bouffissures, je migue les faux-plis. Tout seuls les deux : mon image et moi. Émoi ! Émoi ! Émoi ! Grand moment de solitude… Et encore, je ne vois que le devant qui a toujours eut la réputation d’être plus flatteur que le derrière…

Çà n’est pas ce qui manque les faux-plis ! Je pourrais y passer ma matinée entière si je n’avais pas l’urgence de cette rubrique à rédiger.

Le désarroi règne. Ou bien est-ce la glace qui est mal polie ? Mais comment peut-on être mal polie à ce point ? Jusqu’à confondre le reflet et le replet !

Il me revient la sentence d’un philosophe : « la coque du coco est dure, la chair est un délice. Pourquoi scruter le dehors quand le meilleur est en dedans ? » Mais ça ne suffit pas à dissiper mon trouble…

Je crois en connaître l’origine.

La publicité télévisée nous gave de ses régimes pour maigrir. Un téléspectateur naïf et assidu pourrait facilement perdre 360 kg en un après-midi avec les 52 premières semaines gratuites. Heureusement les offres ne sont pas cumulables.

Et en même temps nous sommes goinfrés d’émissions dans lesquelles concourent et rivalisent les meilleures recettes de cuisine. Les Bernard Pivot du cassoulet et du dessert à la crème nous empiffrent jusqu’à la nausée.

Qui va l’emporter ?

Et moi dans tout ça ? Vous m’avez vu dans la glace ? Bon appétit.