Grand Corps Malade en concert à Dole

Le célèbre slameur, Fabien Marsaud, se produira à La Commanderie. L’artiste s’est volontiers prêté au jeu des questions/réponses avant sa venue dans le Jura.

9
Grand Corps Malade vu par Zuzana Lettrichova.

Fabien, votre album « Plan B » est sorti il y a un an. Quel accueil de votre public ?

Très bien. L’album a très très bien marché. Cela fait un an qu’on est en tournée, avec des pauses bien sûr. On a fait 80 concerts. Ça marche très bien. On varie les salles et les régions. Le public répond présent partout. Le concert est festif et chaque fois, le public est debout et chante avec nous

Quelle est votre chanson préférée parmi les quinze titres présentés ?

C’est très compliqué à dire. Je vous en donne deux. « Dimanche soir » parce que le but d’une chanson est qu’elle touche un public et celle-là a vraiment touché le public. « J’suis pas rentré » qu’on présente en fin de concert. C’est une chanson très festive, sur laquelle le public se lève pour danser.

Justement, pourquoi avoir choisi de rendre hommage à votre maman avec ce titre ?

Ce n’est pas vraiment un hommage. Je passe par un clin d’œil à ma maman. Mais c’est plus un hommage à la vie. Je ne suis pas rentré car la vie m’a embarqué. Ce n’était pas une femme. J’ai été pris par la vie. Je passe par le clin d’œil d’une maman inquiète qui attend le bruit de la clé dans la serrure pour s’endormir tranquille.

Quel était votre plan A dans votre vie ?

Je faisais du basket à un bon niveau. Je voulais être prof d’EPS et pourquoi pas aller au basket à un haut niveau. Il tournait autour du sport.

Le slameur chante désormais. Avec l’évolution de votre art en plus de dix ans, pensez-vous que votre public a également changé ?

C’est très difficile à dire parce qu’il y a forcément des nouveaux, des qui ne sont peut-être plus là et des fidèles depuis le premier album. Le premier album a tellement bien marché que je ne peux pas dire que j’ai plus de public qu’avant. J’apprécie d’avoir un public présent. Pour chaque album, on a fait des grosses tournées.

Que vous reste-t-il à inventer ?

Je ne sais pas, on verra au prochain album, à la prochaine tournée ou au prochain film. C’est sûr que le but de l’artiste est de se renouveler, d’aller expérimenter d’autres choses. J’ai eu la chance de travailler avec des personnes différentes et d’accompagner mes titres de musiques variées, de faire des duos avec des grands chanteurs… J’aime bien expérimenter des nouvelles choses.

Vous retrouvera-t-on bientôt au cinéma après le succès de « Patients » ?

« La vie scolaire », mon nouveau film, sortira en septembre. Il parle d’un collège à Saint-Denis, d’une CPE qui découvre cet univers… C’est assez drôle, c’est de la comédie sociale. On va rire et aussi se poser des questions sur le système des REP (NDLR réseaux d’éducation prioritaire).

Vous serez à la Commanderie le 29 mars. Connaissez-vous le Jura ?

Je connais un peu. J’y suis passé. J’ai des souvenirs de belles forêts.

Vous connaissez une Jurassienne, slameuse doloise, Chloé M. Pourquoi l’avoir soutenue en faisant l’intro de son album ?

Parce que c’est dans notre rôle d’artiste dit confirmé de filer un coup de main et de soutenir ceux qui démarrent. Je l’avais vue après un concert, elle m’avait fait écouter des maquettes, j’avais trouvé qu’elle avait du talent donc j’ai trouvé normal de la soutenir.

Le vendredi 29 mars, à 20 h, à La Commanderie, à Dole. Tarifs : de 34 à 42 euros. Réservations auprès de Dole Tourisme, 6, place Grévy, à Dole. Tél. 03 84 72 11 22.