Grand Chapitre des Vendanges 2019

Gastronomie, bons vins et … eaux minérales

77
Les nouveaux impétrants entourés des membres de la Commanderie en habit rouge et or.

Véritable célébration autour des Vins du Jura et du Comté, le Grand Chapitre des Vendanges se tenait samedi 19 octobre salle Pasteur à Arbois. A 20 h 30 précises tous les invités déjà installés accueillaient les membres de la Commanderie dans leurs habits d’apparat rouge et or, accompagnés par « les Trompettes de la Commanderie » interprétant « La Marche de Radetzky ». Le président Jean-Louis Mussillon prenait ensuite la parole remerciant tous les invités pour leur fidélité et leur passion pour les vins du Jura et le Comté.

Cinq nouveaux impétrants

Les nouveaux impétrants étaient appelés un par un à venir rejoindre le président sur scène, salué chacun par « Les Trompettes de la Commanderie ». Étaient élevés au grade de chevalier : Christian Develer, banquier belge ; Philippe Grosperrin ingénieur agronome, directeur général de Conseil Elevage Doubs et Territoire de Belfort et directeur général de la SA Génétique Elevage Conseil ; Francis Vandenplas, belge courtier en assurances ; François Lavrut, exploitant agricole et président de la Chambre d’agriculture du Jura. Clément Pernot, président du conseil départemental du Jura était élevé au grade d’officier de la Commanderie.

Clément Pernot promu officier de la Confrérie.

Chacun d’eux recevait tablier, diplôme et médaille de la Commanderie, après s’être engagé à « défendre en tout lieu la renommée des vins du Jura et du Comté ». Cette soirée qui se veut toujours gastronomique et conviviale ne dérogeait pas à la règle et les invités ont pu apprécier un savoureux repas accompagné de vins choisis par Paul Béjean, Daniel Dugois et Gérard Petit. Un repas concocté par Samuel Richardet et son épouse Julie. Une nouveauté cette année soulignée par le président : l’association au repas d’eaux minérales régionales. « Nous avons retenu l’eau vertueuse de Velleminfroy en Haute-Saône, une eau déclarée « eau minérale naturelle » par décret de l’Académie Impériale de Médecine, en 1859 sous le règne de Napoléon III ».