Gestion du périscolaire : encore du travail !

La communauté de communes Bresse Haute Seille prendra la gestion effective du service périscolaire au 1er septembre prochain. Le vice-président a présenté le diagnostic qui a été réalisé, mais il reste beaucoup à faire…

116

La communauté de communes Bresse Haute Seille prendra la gestion effective du service périscolaire au 1er septembre 2019. Pour se préparer, les 14 sites du territoire ont été visités et un diagnostic a été réalisé sur leur fréquentation. « Pour encadrer les enfants, il y a 26,35 ETP, soit 65 agents, a présenté Daniel Segut, vice-président. A compter de septembre, Bresse Haute seille souhaite déclarer tous ces temps périscolaires en accueils de loisirs auprès de Jeunesse et sport et de la CAF. » Cela implique de respecter un taux d’encadrement minimum. Il faudra donc anticiper une augmentation du nombre d’ETP et l’obligation d’avoir du personnel diplômé.

Daniel Segut a également démontré que chaque site a son fonctionnement plus ou moins complexe : les tarifs varient selon différents critères, ils peuvent être fixés selon différentes périodes de références et il y a cinq types de fournisseurs pour les restaurants scolaires. « On verra également quelle est la meilleure solution à retenir », a-t-il souligné. Un gros travail est aussi à mener sur les inscriptions (variations aussi sur la périodicité et les moyens utilisés). Il faudra encore harmoniser les types de paiement des factures.

Sur les tarifs du midi, qui selon les sites sont de 4,20 à 7 euros, Bresse Haute Seille va mener une réflexion sur un lissage pour une harmonisation à l’échelle du territoire. Un complément d’étude est nécessaire pour les tarifs du matin et du soir.

Des projets bâtimentaires

Par ailleurs, Bresse Haute Seille a connaissance de différents projets bâtimentaires pour améliorer l’accueil des enfants. A Bletterans, installation de système d’absorption acoustique dans le restaurant. A Chapelle Voland, mise aux normes de la chaufferie du bâtiment mairie / école / notaire et rénovation d’un bâtiment jouxtant la chaufferie. A Commenailles, changement du lieu d’accueil à prévoir (rénovation du bâtiment existant). A Chaumergy, une cloison à casser entre les deux salles de restauration. A Cosges, extension de la cantine pour pouvoir passer de deux à un seul service. A Domblans, fermeture du préau et réaménagement en vue d’améliorer l’accueil des moins de 6 ans. A Ruffey-sur-Seille, création d’un bâtiment dédié ou travaux dans le bâtiment actuel. A Voiteur, réflexion autour d’un nouveau lieu pour le restaurant scolaire.

« Bresse Haute Seille n’engagera aucun projet de création ou d’extension en 2019, a précisé Daniel Segut. Ces projets seront rigoureusement étudiés en fonction des priorités, de la pertinence et des coûts. » Communes, Sivos (syndicat intercommunal à vocation scolaire), associations et communauté de communes vont devoir travailler ensemble pour une harmonisation sereine dans tous les domaines. Certains fonctionnements ne seront sans doute pas lissés avant deux, trois, voire quatre ans. « L’important est de bien réfléchir et anticiper les choses. A ce jour, il n’y a pas de frein dans toutes les propositions qui pourront être faites, tout peut encore être étudié », a conclu Daniel Segut.

Concernant le personnel actuel, un courrier leur sera transmis en avril et des entretiens individuels seront organisés en mai et juin. Une communication sera également menée auprès des familles.