Gens du voyage : “ils passeront”

Gens du voyage et écoles ont constitué -entre autres- le menu éclectique du conseil municipal de Champagnole le 19 septembre. Morceaux choisis.

62
Les élus ont eu l'heureuse surprise de trouver davantage d'élèves dans plusieurs écoles.

Jean-Louis Duprez, conseiller de la minorité, a fait part du ras le bol de tout un quartier, aux abords du stade Socié : “bris de clôtures, nuisances sonores, branchements sauvages, détritus, déjections, etc.” prolifèrent chaque été au rythme des arrivées des gens du voyage. “Faut-il couper l’eau, l’électricité ? Poser des enrochements ou des fils barbelés ?” a-t-il demandé à Guy Saillard.
Comme tous les maires du Jura et de Navarre, celui-ci s’est déclaré impuissant : “Ils sont inarrêtables, ils trouvent toujours le moyen d’entrer s’ils l’ont décidé “.
La faute à la loi et surtout à son application : les arrêtés d’expulsion doivent être individuels (nominatifs et non collectifs) a expliqué le maire, et il faut environ 10 jours à la préfecture pour les prendre. Trop tard puisque selon lui “les caravanes restent sur le stade du dimanche au dimanche suivant”. Et à qui facturer les dégâts ? “Les plaintes vont au panier” a affirmé Guy Saillard désabusé. Malgré le ras le bol et le sentiment d’injustice qui monte, on n’a pas fini de voir le stade Socié envahi…

Rentrée scolaire : que de bonnes surprises !

Des dizaines d’écoliers inattendus ont fait leur apparition depuis la fin de l’été dans les écoles champagnolaises : par exemple 16 à l’école Hubert Reeves, ou 18 à l’école du Boulevard. Des arrivées “très surprenantes” pour Pascal Grenier, adjoint en charge des affaires scolaires. “Le groupe scolaire du Boulevard pourrait accueillir environ 140 élèves au 1er octobre” a-t-il annoncé. Une belle nouvelle et une grande satisfaction après des années de tendance baissière…mais qui pose question. Revers de la médaille en effet, des classes de maternelle surchargées (28 à 30 enfants) au Boulevard, et la nécessité de “pousser les murs” à Reeves, en transformant une des deux salles d’accueil périscolaire en une petite salle de classe. Un enseignant est arrivé, mais Pascal Grenier espère davantage de moyens humains pour accompagner cette embellie générale (+ 14 écoliers aussi à Jules Ferry).