Geneviève Konieczek utilise la peinture et la marche comme alliés de vie

Comment un accident peut transformer une vie.

290
Geneviève et son chien Sauveur

Le 29 septembre 2010 à 12h30, Geneviève est victime d’un accident piéton contre voiture. Elle traversait le passage clouté avec son chien et une voiture la percuta au cours d’une manœuvre en marche-arrière. Le choc de ce jour-là lui causera dans le futur plusieurs séquelles dont des problèmes de dos, de cou, une hernie discale… Pourtant, comme elle dit « mon chien m’a sauvé la vie car il est resté à mes côtés et il m’a permis de tenir debout pour lui et pour moi. Depuis je l’appelle Sauveur ; c’est vraiment le titre qu’il mérite ».
De ce jour, la vie de Geneviève n’a plus jamais été pareille et d’ailleurs ce qui a été le plus difficile, en dehors des séquelles physiques, c’est que les faits n’ont pas été reconnus à la hauteur des préjudices causés. A compter de ce moment, Geneviève décide de marquer cet évènement est faisant une marche de 3 heures par jour, 365 jours par an, pour le « respect des droits fondamentaux » et ce toujours accompagné de son pitcher « Sauveur ». Elle précise que cette marche est reconnue par la Nation et est une marche pacifique et pacifiste autorisée.

En soutien aux seniors, aux femmes et aux minorités victimes de discriminations…

Geneviève considère que cette marche a aussi du sens en soutien aux seniors, aux femmes et aux minorités qui sont souvent victimes de discriminations voire de violences.
Elle indique : « Nous sommes parents et grands-parents à vie ; pour moi c’est important de marquer ma solidarité. Je ne rougis d’ailleurs pas de mes actions. Je suis fière d’être une femme, une mère et une grand-mère ».
Dans cette démarche, elle est soutenue par sa famille et aussi l’Association Femmes Débout. D’ailleurs avec cette association elle exerce aussi une autre activité qui est la peinture.
Geneviève, née en 1947, a toujours travaillé. Elle a commencé très tôt, dès 14 ans en exerçant différents emplois administratifs comme agent de bureau dactylo mais très vite elle prend des responsabilités en tant qu’adjointe administrative dans la fonction publique comme à la Préfecture de Paris pendant plusieurs années. Elle connait bien le monde public et privé, le sens du droit et du devoir et défend ceux-ci pour tous. Elle est aussi mère de quatre enfants et grand-mère de 13 petits-enfants d’où sa fierté de mère et grand-mère..

La peinture pour se libérer

Panel de peintures.

Peindre c’est se libérer, se détacher de son quotidien, de ses soucis, de sa personne. C’est aussi faire du « beau ». Geneviève est peintre amateur et a beaucoup appris lors des ateliers peinture que propose l’Association Femmes Debout.
Ce moyen d’expression est pour elle très important et très divers.
« Je peins des fleurs, des paysages, des natures mortes à la peinture à l’huile mais je fais aussi des pastels et des aquarelles, tout dépend de mon aspiration du moment. Tout ce que je sais, c’est que la peinture me fait du bien, me procure du plaisir et de l’évasion. C’est un moyen pour moi de retrouver la sérénité et c’est beaucoup ».
Geneviève ne vend pas ses toiles. Elle a un rêve qui est de monter une fondation où elle pourrait récolter des fonds pour venir en aide aux personnes victimes de la vie.

Contact : Geneviève Konieczek – 06 30 50 58 53