Fusion des Communautés de communes Pays des Lacs, Petite Montagne, JuraSud et Région d’Orgelet : pour quoi faire ?

182
Jean-Louis Delorme, Pascal Garofalo, Florence Gros-Fuand et Jean-Claude Maillard, en ordre de bataille pour la fusion.

C’est sur un site emblématique du territoire, le Pont de la Pyle, que les présidents des 4 communautés de communes en fusion, Jean-Louis Delorme pour Petite Montagne, Pascal Garofalo pour Jurasud, Florence Gros-Fuand pour Région d’Orgelet et Jean-Claude Maillard pour Pays des Lacs, se sont pliés à un exercice bien maîtrisé, une conférence de presse afin d’expliquer l’imminente fusion de ces quatre entités en une seule.

88% se sont exprimés favorablement

Un nouvel acte s’est inscrit dans le calendrier de la future fusion des quatre communautés de communes, celui des résultats officiels, annoncés lors d’une conférence de presse lundi 14 octobre. “Le projet est approuvé avec une majorité très large puisque 82% des communes impactées, représentant 22 044 habitants (88% de la population) se sont exprimées favorablement. Cette majorité très claire témoigne de l’engouement mais aussi des attentes nés de ce projet“.
Au rang des arguments en faveur de cette grande intercommunalité, les présidents ont avancé le renforcement d’une capacité d’influence dans un environnement qui bouge. “Nous devions nous donner les moyens de continuer d’exister en accédant à la taille critique de 25 000 habitants pour porter des projets d’envergure et mutualiser des moyens“.

La proximité sauvegardée

Face aux questions des journalistes présents, les quatre présidents, chacun à leur tour, ont apporté leurs réponses.
Oui les maires auront toujours leurs prérogatives et la proximité avec les habitants, d’ailleurs la preuve, différentes structures seront constituées pour cela, conseil de développement, conférence des maires, réunion de secteurs…“.
Sur l’harmonisation des compétences, plusieurs années seront bien entendu nécessaires. “Mais nous, élus et personnels, travaillons déjà depuis plusieurs mois sur ce dossier“.
Les élus ont aussi tenu à préciser que cette fusion a été décidée effectivement avant les prochaines  échéances municipales, “non pas par vaine précipitation, mais pour donner des bases solides à nos successeurs“. Reste un point important à déterminer, le nom de cette nouvelle entité. Celui-ci sera dévoilé lors d’une conférence des maires le 5 décembre prochain. La fusion, quant à elle, sera effective au 1er janvier 2020.

La future Intercommunauté en quelques chiffres :

92 communes, 25 102 habitants, 20% de la superficie du territoire jurassien (3e Interco après Dole et Lons), 50 millions d’euros de budget cumulé, 220 agents.