Football américain : les Hawks survolent la mêlée

La seule équipe de football américain du Jura permet de mieux connaitre cette discipline qui fait fureur outre-Atlantique. Rencontre choc.

333
L'équipe des Hawks s'entraine à côté du GES du Solvan. Crédit photo : Matthieu Volat.

Ils volent dans les plumes des autres équipes sans ménagement. Comme au rugby, l’engagement des joueurs de football américain n’est pas feint, d’autant plus que les chocs s’y avèrent parfois trois fois plus violents. Cette dimension spectaculaire, axée sur le « show » a consacré cette discipline comme religion quasi-nationale aux USA : « Le super-Bowl (l’équivalent d’une coupe d’Europe de football chez nous N.D.L.R.) rassemble plus de téléspectateurs que les jeux olympiques, il s’agit du premier événement TV au monde » relate Benoit Jacquin, entraineur des Hawks. Bien loin de cette furie, les « faucons » (dans la langue de Molière) sont nés il y a  5 ans et comptent environ 40 adhérents (dont 22 qui jouent en seniors). Ils s’entrainent dur deux fois par semaine sur le terrain situé à côté du GES du Solvan : outre le foncier (sprint, musculation, cardio), les Hawks perfectionnent les gestes techniques essentiels (plaquer, bloquer, etc.). Comme aux échecs, les joueurs doivent aussi apprendre par cœur diverses manœuvres d’attaque ou de défense (criées par leur coach). Entre les joueurs -très spécialisés- ça ne rigole pas en effet : « Les collisions à grande vitesse font partie intégrante de ce sport de combat, et il n’est pas rare de voir voler des joueurs sur 2 ou 3 mètres, mais ils sont bien protégés » explique Benoit Jacquin. Casque, épaulière, genouillère, protège-tibias, gants font partie de la « panoplie » indispensable lors des matchs et des entraînements.

Les chocs violents font partie du “show”. Crédit photo : Mattheu Volat.

Un très bon début de saison

Malgré cela, l’entraineur (qui pratique depuis plus d’une dizaine d’années) estime qu’il « n’y a pas plus de risques de blessures que dans un autre sport de combat, comme la boxe par exemple ». En dehors des chocs, les matchs s’avèrent très d’éprouvants, puisque « les joueurs sont en permanence à 100 %, il faut parfois plusieurs semaines pour récupérer ». Malgré ou grâce à ces combats au corps à corps, ce sport qui ne manque pas de testostérone attire de plus en plus de joueurs. « L’équipe de France amateur a même été championne du monde en 2018, et deux fois championne d’Europe » retrace Benoit Jacquin, mais le football américain est encore très peu médiatisé en France. Les Hawks aussi font leur bonhomme de chemin : déjà 6 matchs et 6 victoires au compteur dans leur poule pour ce premier semestre 2019.
Une soirée de recrutement, ouverte à tous, aura lieu ce vendredi 28 juin 2019 de 19h à 21 h. Le lieu reste encore à définir.

Plus d’infos sur  : https://www.facebook.com/events/450054262490475/
Contact : 06 81 78 28 45