Européennes : top départ pour le rassemblement national

Le parti de Marine Le Pen espère un « joli score » permettant de constituer une coalition "eurosceptique" constructive au parlement européen.

37
Joëlle Melin, Dominique Bilde et Eric Sylvestre (de g. à d.).

Le rassemblement national (RN) a lancé dans le Jura le 2 avril sa campagne en vue des élections européennes, qui auront lieu dans moins de deux mois. Un parti qui ne veut plus d’une « Europe du libre-échange, une Europe stérilisante qui étend sa toile d’araignée » à travers des milliers de règlements a exposé Joëlle Melin, députée européenne RN.
Lors du lancement de la campagne à Lons, elle a plaidé pour une « Europe des nations où chacun a sa spécificité », enjoignant les électeurs à « récupérer leur souveraineté juridique (60 à 85% des textes de loi français étant issus selon elle de l’Europe), puis leur souveraineté monétaire ». Après avoir appelé à la sortie de l’euro, Marine le Pen semble s’être ravisée…mais Joëlle Melin a néanmoins défendu un retour du franc à moyen terme. De même que la fin de la « gabegie et des non sens » dans les 759 milliards € consacrés chaque année selon elle à la protection sociale en France. Le RN estime pouvoir dégager ainsi 20 à 25 milliards €, afin de réévaluer les minima sociaux à hauteur du SMIC. Ceci passant  aussi par la suppression des droits accordés aux migrants en situation irrégulière.

Une permanence qui en voit de toutes les couleurs

Le  RN aurait-il mis du jaune dans son programme, à l’aune des mouvements sociaux des derniers mois ? « On soutient leur combat, il y a un vrai problème au niveau du pouvoir d’achat » a lancé Dominique Bilde, également députée au parlement européen.
Le RN « espère un joli score » pour sa liste constituée au plan national, avec un potentiel de 22 ou 23 députés éligibles. En attendant, la permanence lédonienne continue à être régulièrement souillée ou vandalisée a confirmé Eric Sylvestre, secrétaire départemental du RN, « malgré les dépôts de plaintes classées sans suite »…