L’invité de la semaine : Eric Coulon

Il a grandi à Audincourt et s’est très tôt passionné pour l’histoire de sa région. L’auteur vient de faire paraître un dictionnaire sur les « Inventeurs et savants en Terre de Franche-Comté », fort de quelque 200 personnages.

0
177

Eric Coulon, vous avez enrichi vos lecteurs sur l’histoire de la Franche-Comté à travers de nombreux livres, mais vous ne vous étalez jamais sur votre biographie. Qui êtes-vous ?
Il est vrai que je ne parle jamais trop de moi, je me sens au service de ma région et de ces grands hommes.
J’ai grandi à Audincourt, je me suis passionné très tôt pour l’histoire, en particulier celle de la région que j’ai dû quitter en 1988 pour mes obligations professionnelles, étant cadre bancaire, la retraite s’annonçant pour cet été.

Vous avez déjà écrit « Les Comtois célèbres » en 2001. Pourquoi avoir repris la plume pour ce Dictionnaire « Inventeurs et savants en Terre de Franche-Comté » ?
« Les Comtois célèbres » était un livre généraliste. Etant originaire du Pays de Montbéliard, qu’on surnomme le pays des inventeurs, je suis imprégné depuis mon plus jeune âge de cet esprit. Et comme la Franche-Comté tient une place plus qu’honorable dans le domaine des inventions, il m’a semblé nécessaire de consacrer un ouvrage spécifique à ces savants afin de mettre notre région en valeur. Si on ramène le nombre d’inventeurs à la population globale, nous ne devons pas être loin de la tête du classement.

Parmi eux, quelle est la personnalité qui vous a le plus passionnée ?
Mettre en avant une personne qui m’a le plus passionnée est difficile. En effet, quand je fais mes recherches et que j’écris, j’éprouve le même intérêt pour tous. Parmi les Jurassiens, outre Pasteur, j’ai beaucoup d’affection pour Bichat, modèle de précocité et de dévouement qu’un destin tragique nous a privés trop tôt, et Louis Vuitton qui a rejoint Paris du Jura à pied. Un pied de nez car, de sa pauvreté initiale, il est devenu aujourd’hui un emblème du luxe.

Parmi ces 200 personnages on retrouve des noms ultra connus, mais on découvre aussi une multitude de talents qui nous sont complètement inconnus. Comment avez-vous procédé pour dénicher tant d’informations ?
Comme vous pouvez le lire dans la bibliographie de l’ouvrage, j’ai consulté de nombreuses notes et archives, je me suis rapproché des musées et des entreprises qui ont pris la succession de certains inventeurs. Une petite anecdote pour un inventeur méconnu : j’ai retrouvé la trace de ses descendants afin d’obtenir des informations. Pour tout vous dire, c’est un travail de longues années de compilation d’informations.

Vous semble-t-il trop chauvin de dire qu’il y a une très belle part de Jurassiens ?
Pour tout vous avouer, mon livre originel s’appuyait sur les inventeurs du Pays de Montbéliard qui tiennent une large place. Et je l’ai ensuite étendu au reste de la Franche-Comté. Il est vrai que tout est parti du Jura et plus précisément de l’abbaye de Saint-Claude et de l’artisanat qui tournait autour des pèlerins. Et je n’oublie pas que ma grand-mère maternelle était originaire de Morez. Donc oui les Jurassiens tiennent une bonne place dans mon livre.

Pouvez-vous nous indiquer si vous travaillez d’ores et déjà à un nouvel ouvrage ?
En effet, je suis sur le point de terminer un nouvel ouvrage, toujours sur les personnages, mais consacré aux lieux qu’ils ont fréquentés (où ils sont nés, ont habité, fait leurs découvertes, séjourné ou qui leur étaient chers) sous forme d’itinéraire de découverte. Une façon me semble-t-il originale de rester dans la même thématique tout en se renouvelant.

« Inventeurs et savants en Terre de Franche-Comté », Les éditions du Palais, 2020, 20 euros.