Entretien avec Jean-Louis Gaillard, président régional des Donneurs de sang de Franche-Comté

Au-delà du devoir citoyen et altruiste, tout en tenant compte de l'évolution de la société, le don du sang doit être valorisé davantage.

218
Jean-Louis Gaillard : "Le don est un acte de partage citoyen gratuit et solidaire, fondé sur un modèle éthique qui a montré son efficacité".

 

Quel est le rôle du Comité régional de Franche-Comté des donneurs de sang ?

JL.G. “Il regroupe les 4 Unions départementales (Doubs, Jura, Territoire de Belfort, Haute-Saône). Ces Unions départementales rassemblent les amicales et les bénévoles de terrain. Ces derniers prennent en charge la promotion du don et l’organisation des collectes. Le Comité régional  est quant à lui, le principal interlocuteur de l’Établissement français du Sang, qui est le pôle médical du dispositif”.  

Où en est la Région Franche-Comté avec le Don du sang ?

JL.G. : “La région Franche-Comté est en auto-suffisance, c’est-à-dire qu’elle produit plus de sang qu’elle n’en a besoin. En 2018, l’Établissement français du Sang a exporté 10 000 poches en Ile-de-France, qui est une région en manque de donneurs et donc qui a de forts besoins. Il y a aujourd’hui des régions, les plus grandes en général, qui sont en grand déficit. Nous en Franche-Comté, avons un “indice de générosité” (nombre donneurs/nombre d’habitants) supérieur à la moyenne nationale”.

Comment expliquez-vous un nombre de donneurs plus important en Franche-Comté ?

JL.G. “Je n’ai pas toutes les données. Mais nous somme une Région assez rurale et dans ce cadre, nous avons de très nombreuses collectes dites mobiles (salles des fêtes,….). Et l’on sait que 80% des dons se font en collectes mobiles. C’est une certitude, les gens préfèrent ce type de collectes plutôt que celles en Maison du don créées surtout en milieu urbain. C’est aussi cela, le don du sang : c’est faire du social, créer du lien, de la solidarité”.

Quelles sont les missions de l’EFS, en plus de la transfusion sanguine ?

JL.G. “Grâce à la transfusion sanguine, l’Établissement français du sang participe aux soins de plusieurs milliers de malades et blessés.  Mais parallèlement, elle mène d’autres activités, notamment dans le domaine de la recherche. Basé à Besançon et sous la direction du Docteur Pascal Morel, le laboratoire de production de Médicaments de Thérapie innovante se distingue par son expertise dans la manipulation des cellules sanguines puis des cellules souches depuis plusieurs décennies. Le principe : des cellules saines issues du corps sont dopées, programmées, pour être réintroduites dans le même corps et y détruire les cellules malades. C’est une grande avancée due au don du sang”.

Pour vous quelles valeurs fondamentales caractérisent le don du sang ?

JLG. “Le don c’est un acte de partage citoyen. Il est volontaire, solidaire, anonyme, bénévole, et surtout ne doit apporter aucun profit. Ce don est fondé sur un modèle éthique qui a montré son efficacité. Nous savons qu’aujourd’hui, du sang est importé de l’étranger. Il n’y a là aucune traçabilité, mais derrière cela il y a des profits.  Alors qu’en France, le sang n’est pas une valeur marchande ; et de nombreuses analyses sont effectuées sur les collectes avec des normes très précises pour garantir la qualité et la sécurité, tant pour le donneur que pour le receveur”.

Quels sont les projets du Comité régional ?

JL.G. “2019 sera le 70e anniversaire de la Fédération nationale ainsi que des amicales de Lons-le-Saunier et Dole. A cette occasion, des actions et des animations seront organisées toute l’année dans toute la Région. Avec toujours le double objectif : valoriser ce don du sang et trouver des nouveaux donneurs. Nous poursuivrons également nos actions auprès des jeunes, dans les établissements scolaires : information dans les écoles élémentaires et collèges et collectes pour les plus de 18 ans dans certains lycées. Il ne faut surtout pas renoncer à cette solidarité, pierre angulaire du dispositif de transfusion”.

Contact et infos : www.efs.sante.fr

www.dondusang.net

Le Comité régional en quelques chiffres (2018) : 105 amicales (2850 à l’échelle nationale) – 96 578 donneurs présentés (dont 6 965 nouveaux donneurs) – 806 collectes (y compris collectes de plasma) –

Jean-Louis Gaillard – son parcours pour le Don du sang :

1979 : Donneur à l’Amicale de Clairvaux-Moirans – Bénévole

1992 : Intègre le Bureau en tant que secrétaire, puis vice-président.

2005 : président de l’Amicale (jusqu’en 2017)

2007 : président de l’Union départementale (jusqu’en 2017)

2015 : président régional Franche-Comté.

80% des donneurs en Franche-Comté vont dans des collectes mobiles.
En 2019, les Amicales vont célébrer les 70 ans de la fédération nationale.