Jura. Lons-le-Saunier. Enseignement : les établissements privés connectés, mais…

Entre tradition et modernité, l’enseignement catholique lédonien vise le juste équilibre pour tirer au mieux parti des ordinateurs, smartphones et autres tablettes, et cultiver l’esprit critique de leurs 1.000 élèves.

481
A Sainte-Marie, les élèves sont initiés aux subtilités et aux dangers des outils informatique.

Un ordinateur pour trois élèves, soit environ 320 pour les 1.000 enfants, ados et jeunes adultes scolarisés à l’école Jeanne d’Arc, de La Salle ou aux lycées et collège Sainte-Marie : l’enseignement catholique lédonien (ECL) ne lésine pas sur les moyens d’ancrer ses élèves dans un 21e siècle connecté. Selon Myriam Gravelle, directrice de Sainte-Marie, s’y ajoute un vidéoprojecteur par classe, ce qui permet d’enrichir les cours de documents audio-visuels, voire de vidéos. Des tablettes numériques pourvues d’applications éducatives viennent également en appoint lors de certains cours, tant en primaire que dans le secondaire. Enfin, parents et enseignants peuvent échanger directement via « Ecole directe », une boite courriel sécurisée permettant un dialogue réactif. Mais être à la pointe de la technologie ne signifie pas vendre son âme au diable numérique, comme le rappelle Jonathan Gardaz, professeur de philosophie et responsable de la pastorale des jeunes : « Entre tradition et modernité, l’enseignement catholique s’adapte, sans transiger pour autant sur certains points essentiels ». Une spécificité de l’enseignement privé inspirée de l’esprit de « Vatican II », qui permet d’encadrer l’usage des outils numériques pour mieux servir les intérêts pédagogiques des élèves. Sont ainsi bannis du collège et des écoles primaires les smartphones et autres outils numériques rappellent Myriam Gravelle et Elisabeth Bassez, directrice des écoles de La Salle et Jeanne d’Arc. « Si j’entends ou je vois un portable allumé, il est confisqué » prévient cette dernière.

« Les pyramides d’Egypte ont été bâties par des extra-terrestres » 

Seuls les lycéens échappent à cette règle et « ont le droit de les utiliser dans les espaces communs (foyer ou cour de récréation) » précise Myriam Gravelle. Quant aux internes, ils doivent déposer le soir en allant se coucher leur « alter ego » numérique dans l’armoire d’un surveillant, afin d’éviter des nuits d’utilisation intensive (de plus en plus répandues chez les adolescents). Mais l’usage raisonné des technologies numériques passe surtout par une prise de conscience et un esprit critique : « Les enfants disposent de tonnes d’informations, mais qu’en fait-on ? » résume Elisabeth Bassez. L’enseignement catholique lédonien vise donc à donner des repères aux adultes de demain dans la jungle numérique, afin qu’ils ne gobent pas tout cru des « vérités » toutes droites sorties de Youtube (du style « Les pyramides d’Egypte ont été bâties par des extra-terrestres »-sic-). Jonathan Gardaz, forme « des élèves éclairés, aptes à discerner le vrai du faux » et s’adapte au réflexe Wikipédia : « Je ne donne plus de dissertation à travailler à la maison, je mise sur des explications de textes moins connues», tant le réflexe de plagier internet est grand. Corine Rousset, documentaliste à Sainte-Marie, mène également de nombreuses actions auprès de différentes classes sur les fake news, les droits et devoirs sur internet, l’utilisation des réseaux sociaux, etc. L’ECL sait aussi vivre avec son temps et forme chaque année des informaticiens et autres techniciens en domotique ou en audio-visuel avec ses formations Bac Pro « systèmes numériques » et BTS « systèmes numériques option informatique et réseaux ». Preuve que virtuel, spirituel et vie réelle peuvent faire bon ménage dans les trois sites lédoniens de l’enseignement privé…

Contact : www.enseignement-catholique-ledonien.fr/03 84 47 09 67