Municipales : John Huet « out », Christophe Bois fait cavalier seul

Au terme d’une campagne mouvementée, « Atouts Lons » a retiré sa liste et tendu la main à « Vivre Lons »…qui l’a refusée.

734
Aucun des colisitiers de John Huet ne participera au final aux élections municipales.

Les coups de théâtre se sont multipliés dans la campagne des élections municipales à Lons-le-Saunier. Après avoir préparé la campagne de longue date via l’association Apolons, puis mené celle-ci tambour battant, John Huet a fait machine arrière a la veille du 2e tour.
Selon lui, « le contexte a changé » eu égard au Covid 19 et à la « crise terrible » qui va en découler sur le plan socio-économique entre autres. « Les collectivités locales vont être au front pour relancer l’activité économique, elles représentent d’ailleurs 70 % de l’investissement public ».
Face à ces défis, John Huet estime qu’une liste doit bénéficier d’un large soutien populaire. Au lieu d’affronter la liste « Vivre Lons » (Christophe Bois et Sophie Oblinski, qui avait recueilli 36,21 % des suffrages le 15 mars dernier), et « Changer de cap » (Jean-Yves Ravier, 29,98  % des suffrages), le chef de file d’ « Atouts Lons » s’est donc retiré et a envisagé de soutenir la liste de Christophe Bois.
Sous conditions toutefois : l’intégration de certains points clé de la profession de foi d’Atouts Lons, comme la cantine scolaire à un euro pour tous.  Autre contrepartie souhaitée par John Huet : intégrer à la potentielle liste unique « au moins six ou huit » colistiers, émanant de sa garde rapprochée, et qui constitueraient un groupe au sein de la majorité municipale.
Faute de réunir ces conditions, John Huet était clair : « Nous ne soutiendrons personne ». Malgré les 21% de voix crédités sur sa liste au 1e tour, et des discussions nourries entre les deux listes depuis plus de 3 semaines, le couperet est tombé le 22 mai.

Christophe Bois répond non

« On garde notre liste telle quelle jusqu’au bout ». Après avoir consulté ses colistiers, Christophe Bois a annoncé au nom d’une « clarté essentielle dans la vie publique » : « Je ne suis pas favorable aux fusions entre deux tours, mélangeant des listes qui se sont affrontées au premier tour.
L’équipe qui m’a accompagné, le projet que nous avons présenté, je ne les changerai pas à la suite d’accords électoraux qui susciteraient la confusion. Bien au contraire, je souhaite que l’honnêteté vis-à-vis des citoyens soit le socle d’une confiance future ».
Evoquant aussi des “valeurs d’Atouts Lons” qu’il ne souhaite pas associer à sa liste, il a cependant déclaré en direction de ‘Changer de cap’ : « Je ne regarde pas les listes concurrentes comme des opposants mais comme des partenaires potentiels ».
Malgré tout, le scrutin du 28 juin (si la date est confirmée par le gouvernement), verra un choc frontal entre une liste de centre droit, et une autre gauche-écologiste au lieu d’une triangulaire.
Un scénario au final assez classique…sous réserve, encore une fois, d’un dernier coup de théâtre à la veille du dépôt des listes en préfecture (la date limite étant fixée au 2 juin).