Éditorial

Le changement du changement, c'est maintenant...

183

Laissons de côté “l’inqualifiable” défaite, subie par le PSG face à Manchester United à la suite d’un pénalty imaginaire sifflé à la 94ème minute, ainsi que la sortie tout aussi prématurée de Nicolas Dupont-Aignan sur le plateau de l’émission “C à vous”, deux faits plus ou moins futiles de la semaine passée, pour nous réjouir, à l’heure où la démocratie participative semble avoir du plomb dans l’aile, du succès phénoménal (plus de 2 millions de réponses) rencontré par la consultation citoyenne organisée à propos du changement d’heure.
Plus de 84 % des participants souhaitent sa suppression, et une majorité (59,17 %) ont opté pour l’heure d’été.
Voilà qui va donc nous amener à changer de changement…
Concrètement, le dernier passage obligatoire à l’heure d’été aura lieu ce dimanche 31 mars 2019. Les États membres de l’Union Européenne qui souhaitent revenir de façon permanente à l’heure d’hiver auront la possibilité de procéder à un dernier changement le dimanche 27 octobre 2019. Mais attention ! Après cette date, les changements d’heure saisonniers ne seront plus possibles… Le temps sera alors comme “figé”, en quelque sorte.
Instauré pour des raisons économiques pendant la crise pétrolière des années 1970, le changement d’heure a perdu une grande partie de sa pertinence car des études sérieuses ont démontré que les économies d’énergie étaient devenues insignifiantes. Par ailleurs, des pays comme la Suède, la Lituanie, la Finlande ou encore la Pologne demandaient l’abandon de ce système depuis plusieurs années, et ils étaient de plus en plus nombreux à se plaindre d’incidences négatives sur la santé et sur le nombre d’accidents de la route. La loi de la collectivité européenne l’a donc emporté…
Mais alors pourquoi changer un système qui fonctionnait ? Le principe était pourtant simple.
Pour le passage à l’heure d’été, on avançait sa montre d’une heure : à 2 heures du matin, il était 3 heures.
Pour le passage à l’heure d’hiver, on reculait sa montre d’une heure : à 3 heures du matin, il était 2 heures. Une 25ème heure de vie nous tombait du ciel…
Si la perspective de vivre désormais à l’heure d’été permanente nous promet de longues soirées passées à la lumière du jour jusqu’à 22h entre mai et juillet, cela signifie aussi ne pas voir le soleil se lever avant 9h voire 9h30 en plein hiver !
Finalement, un seul regret, mais de taille, subsiste : s’il venait effectivement à disparaitre très bientôt, ce rituel biannuel nous offrait la suprême sensation, bien qu’illusoire et éphémère, de traverser (au moins) deux fois par an, les couloirs du temps…