Éditorial

En attendant que passe l'orage

0
288

Lundi 15 mars 2021.
Il y a un an de cela, jour pour jour, se déroulait le premier tour des élections municipales.
C’était un dimanche presque ordinaire, composé des traditionnelles occupations pré-printanières qui l’accompagnent. Nous étions alors bien loin de nous douter du contexte apocalyptique qui allait s’abattre sur nous lors des jours, des semaines, et des mois suivants.
Un an et trois confinements plus tard, cette époque appartient déjà au monde d’avant.
Notre vie n’est plus la même. La quiétude insouciante dont nous bénéficions sans en avoir conscience nous semble si loin…
Pourtant, comme à chaque printemps depuis que le monde est monde, de nouveau, aujourd’hui les oiseaux chantent, la végétation bourgeonne, les fleurs éclosent de couleurs luxuriantes, les mammifères sont amoureux (dont les humains aussi, parfois…) et le soleil revient illuminer notre quotidien.
Mais l’essentiel n’y est pas. Les visages restent masqués, les corps trop couverts et les esprits regrettablement abimés, apeurés, désenchantés. On se protège, on se barricade, on se replie, en attendant que l’orage (viral) passe. Demeurant spectateur de notre existence qui défile sans réellement trouver ni sens ni aboutissement véritable à ce que l’on est. Comme quoi, le chemin est encore long jusqu’à la résilience…
C’est pourquoi, sans prétention aucune, mais avec pour seule volonté d’initier à une réappropriation de l’exaltation, nous avons délibérément opté pour articuler ce Mag 39 de printemps 2021 autour de sujets parfois graves lorsqu’ils touchent au devoir de mémoire, mais aussi de reportages patrimoniaux, historiques ou associatifs plus légers, plus anecdotiques, bienveillants, encourageants à ce que rejaillissent la curiosité intellectuelle, l’humour décalé (merci docteur Bouvier !) et la faculté d’émerveillement.
Nouveauté notoire, nous entamons également avec ce numéro la création d’une nouvelle rubrique : l’invité du trimestre. Rubrique singulière et sélective, qui laissera chaque saison dans nos colonnes sa place à une personnalité « extraordinaire » quant à la démarche qu’elle conduit.
Le premier invité est à découvrir. Au programme : sensations, prise de hauteur, franc-parler et réflexion garantis !
Ainsi, en compilant l’ensemble de ce contenu, nous espérons et voulons croire que notre pari sur des jours meilleurs trouvera écho à votre perception.
Au nom de l’ensemble de nos équipes, je vous souhaite une bonne lecture, avec l’impatience de vous retrouver cet été… où parait-il, un « monde d’après » devrait nous attendre.
Qui vivra verra…