Éditorial

Bavardage autorisé

168

Mardi dernier, à la caisse du supermarché où j’essaye habituellement d’aller “faire mes courses” de bonne heure (souvent dès l’ouverture), je me suis retrouvé spectateur d’un dialogue singulier :
“Savez-vous qu’en Hollande, ils sont en train de créer des caisses spéciales pour bavarder ? Parce que vous, vous courez partout et on était pareil à votre âge. On avait d’ailleurs bien moins de commodités pour tenir un ménage… Mais nous maintenant, on a le temps de discuter, on est en retraite !” s’exclamait joyeusement une petite dame, malicieuse et pétillante.
“On n’a même plus que ça à faire… ” soupirait sur un ton fataliste, mais amusé, son mari.
Impossible alors de ne pas sourire, de ne pas s’émouvoir, de ne pas lâcher prise face à cette course folle (travail, enfants, repas, maison…) qui nous anime en permanence, nous la catégorie sociologique des “actifs”. Qui plus est pour les hyperactifs (et hyper-réactifs) auxquels j’appartiens…
Contraste saisissant, alors que tous les magasins œuvrent à davantage de fluidité des passages en caisse, une enseigne batave, dénommée Jumbo, a opté pour ce choix courageux et différent : celui de la lenteur !
Car dans une vie où il nous faut tous, et de plus en plus, agir, avancer, obtenir tout, partout et tout le temps (mais où paradoxalement, ils sont de plus en plus nombreux à s’éparpiller et à dilapider quotidiennement la majorité de leur temps libre sur les smartphones et notamment les réseaux sociaux…), la démarche interpelle et séduit beaucoup.
Elle permet notamment au commerce de (re)devenir un véritable lieu de vie, de (re)créer un lien social, et ainsi de contribuer à rompre l’isolement des seniors pour qui les commerçants sont souvent les seuls interlocuteurs humains.
C’est dans ce contexte que les enseignes Jumbo ont ouvert ce qu’ils appellent kletskassa, des caisses dédiées au bavardage. Il s’agit là d’une façon de permettre à ceux qui le souhaitent, de prendre le temps de discuter, sans subir la pression des clients plus impatients…
« Nous souhaitons que les courses soient amusantes, qu’elles ne se fassent pas dans la précipitation. C’est pourquoi nous avons mis en place la caisse de bavardage : pour créer ce moment de contact supplémentaire. Pour offrir du temps l’un pour l’autre, tout simplement parce que c’est possible ! » précise Dick de Fijter, manager de la filiale Jumbo Vlijmen Plein.
Une nouvelle façon de faire, qui nous prouve que le secteur de la grande distribution n’est pas toujours le grand ogre capitaliste, mondialiste, avide de consumérisme, que l’on caricature parfois…
Une nouvelle image, plus joviale, plus sociale, plus humaine, dont on ne peut que se ravir.
Espérons qu’un jour prochain, il n’y aura plus seulement que les retraités qui auront envie de retrouver du temps, pour égayer leur quotidien d’échanges, de rencontres, et d’interactions positives…