Économie : toujours au vert

La Banque de France a présenté son analyse économique en Bourgogne-Franche-Comté le 19 septembre. Malgré de nombreuses incertitudes, bilan et prospective restent dans le vert.

55
Jean-Pascal Chopard, comité départemental du tourisme, et Denis Prat, directeur départemental de la Banque de France (de g. à d.).

Guerre commerciale Etats unis/ Chine, Brexit, incertitudes sur la santé de l’économie allemande (automobile en particulier) : les raisons des économistes d’être circonspects ne manquent pas. Mais Denis Prat, directeur de la Banque de France, a souligné des raisons d’espérer avec une croissance 2018 très honorable en Franche-Comté : 3,3% (contre 4% en 2017), atteignant même les 6,8% pour le transport et la logistique. Le commerce de gros avait lui aussi le vent en poupe en 2018, à l’inverse du commerce de détail (+0,6% de croissance seulement..).
Conséquence logique : l’emploi se porte bien (6,5% de taux de chômage en 2019) et « des chefs d’entreprises cherchent désespérément de la main d’œuvre » a souligné Denis Prat. Des agglomérations comme Dole et Lons développent des politiques pour attirer de nouveaux salariés, et le taux de surendettement s’affiche en retrait du niveau national et régional. Le comité départemental du tourisme, invité à faire part de son bilan a fait état « d’une fréquentation stable à l’été 2019 par rapport à l’été 2018 ».
Les camping-cars ont été si nombreux, que leur présence autour de sites naturels (lacs) passe parfois mal au cœur de l’été. D’où le souhait de les  orienter vers les 56 campings du Jura aménagés pour leur accueil, et de rendre toutes les aires municipales payantes (pour éviter une concurrence déloyale).
Les marges de progression du tourisme jurassien (quasi inexistantes en été) se situent sur « les ailes de saison » (avant juillet et après août), en prospectant par exemple le marché allemand.