Ecla formera ses propres maîtres-nageurs

A l’heure où certaines piscines doivent la tasse faute de personnel, cette « première » dans le Jura permettra d’assurer le bon fonctionnement du centre Aqua’rel.

51
Patrick Elvézi (à droite) a lancé le recrutement de candidats au centre Aqua'rel. Crédit photo : ECLA.

C’est devenu un cruel dilemme, particulièrement à l’orée de la saison estivale : comment assurer la sécurité des centres nautiques, alors que les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) se font particulièrement désirer ?
Une pénurie de main d’œuvre nationale, qui a déjà conduit certaines piscines à fermer dans d’autres régions. Face au succès d’Aqua’rel -« 1200 entrées/jour cette semaine de vacances » a souligné Patrick Elvézi, président d’Ecla, le 17 avril- il fallait réagir. D’autant plus que le centre nautique de l’agglo n’exige pas moins de 11 MNS à plein temps chaque été. Et que, faute de personnel suffisant, les activités d’enseignement devraient céder le pas à la surveillance –prioritaire- des bassins. En partenariat avec le CFA (centre de formation d’apprentis) de Dijon et Haut-Jura Sport Formation (unité de formation du CFA située à Moirans), les différents services d’ECLA mettent en place la première formation BPJEPS AAN (éducateur sportif des activités aquatiques de la natation) sur le département du Jura.

« 100% des lauréats trouvent un emploi »

Dès le mois de septembre, les apprentis entameront une formation sur 10 mois (605 heures) à Moirans pour la partie théorique, et au centre nautique Aqua’ReL pour la partie pratique. Seul pré-requis : être titulaire du Brevet National de Secourisme et de Surveillance Aquatique (BNSSA). « Deux candidats seraient d’ailleurs déjà intéressés » a confié Patrick Elvézi, qui espère ainsi compléter les effectifs sur le court mais aussi le long terme. Les apprentis n’auront pas d’obligation de travailler plusieurs saisons à Aqua’rel, mais l’agglo entend bien leur offrir toutes les chances de s’y intégrer dans la durée. Cerise sur le gâteau : « 100% des candidats reçus à l’examen trouvent un emploi » conclut Ecla, de quoi motiver les jeunes et moins jeunes à la recherche d’un emploi saisonnier… voire plus si affinités.