Du bouche-à-oreille

28

Rockalissimo, c’est ce week-end !

Cet événement musical jurassien, qui se déroulera à Saint-Aubin, ce week-end, accueillera : ce vendredi 14 juin, No One Is Innocent, Lofofora, Black Bomb A, Fallen Lillies, Destroy Everything your touch ; ce samedi 15 juin, Babylon Circus, Biga*Ranx, Broussaï, Nadamas, Benaver, DJ Raph.

Pass 1 jour : 18 euros (23 euros sur place), deux jours : 23 euros (28 euros sur place). Gratuit pour les moins de 12 ans. Billetterie sur rockalissimo.com

Une exposition temporaire à ciel ouvert

Après une pause en 2018, suite à un problème d’approvisionnement de la matière première, le Symposium de sculpture métal, organisé par l’association des Forges de Fraisans, est revenu pour une troisième édition dans le parc public de la salle de spectacle. Cette année, l’entreprise Derichebourg Environnement, implantée à Franois, dans le Doubs, a fourni gracieusement trois tonnes de métaux de récupération aux six artistes, qui ont transformé en huit jours cette matière en treize œuvres originales.

Ce processus de création à ciel ouvert, en lien direct avec le public, permet de valoriser la démarche artistique, mais aussi le recyclage de déchets métalliques. Jusqu’à la fin de la Guinguette des Forges, le 3 août prochain, les œuvres seront exposées dans le parc des Forges sous la forme d’un circuit d’art, propice à la déambulation et la flânerie.

Cette année, trois nouveaux artistes se sont joints aux « habitués des lieux » que sont les sculpteurs Michel Laurent, Patrick Choffat et Pascal Bejeannin. Karine Halloucherie est venue du Vaucluse participer au Symposium, inSOlo du Pas-de-Calais et Denis Lucaselli d’Audincourt.

« La bonne recette pour un bon symposium est simple : un lieu ouvert à la (s)cul(p)ture, avec de l’espace et de la nature, de l’Humain et de la volonté grâce à l’accompagnement de l’association des Forges et de la mairie de Fraisans, et de l’acier », expliquait Michel Laurent, à l’initiative du projet il y a quatre ans.

Rappelons qu’en 2017, le sculpteur sur métal et photographe haut-saônois avait réalisé une œuvre symbolisant l’union des 33 communes de Jura Nord (aujourd’hui 32), installée dans le parc intercommunal de Gendrey. Pour cette troisième édition du Symposium, il a créé, à partir d’une cuve en acier massive et imposante, fournie par ses soins, une œuvre dentelée tout en finesse et en délicatesse, à la fragile apparence. Un contraste saisissant qui lui aura valu quelque 70 heures de travail.

Pour l’anecdote, l’ex-propriétaire de la cuve, provenant de la commune de Chemaudin, est aujourd’hui Fraisanois. Il n’aura pas manqué de reconnaître – non sans mal – son ancien bien transformé en œuvre d’art.