Du bouche-à-oreille

115
Crédit photo : Jeremiah RVB.

Birds on a wire

Rosemary Sandley, chanteuse officiant au sein du célèbre groupe Moriarty, et Dom La Nena, violoncelliste brésilienne et autrice-compositrice-interprète de premier plan, sont deux figures libres de la scène musicale internationale. Eprises l’une comme l’autre d’aventures atypiques, elles ne pouvaient que fusionner et placer leur projet commun sous la tutelle du tout aussi libre et atypique, quoique décédé, Leonard Cohen (Bird on the wire étant bien sûr, comme vous le savez, le titre d’une chanson-culte de ce dernier)…

Dans un décor minimaliste constitué de longues tentures grises descendant des cintres qu’un souffle imperceptible fait onduler, la voix de la première, d’une pureté inouïe et capable de passer du lyrisme classique à la folk américaine en une fraction de seconde, se posera sur les coups d’archet et les boucles rythmiques de la seconde, pour revisiter et sublimer un vaste répertoire mondial.

En effet : de Monteverdi à Pink Floyd, de Verdi à Bob Dylan, des rengaines des Etats-Unis à celles des rues de Salvador de Bahia, en passant par des mélodies russes et des chants maloya, c’est tout un florilège que ces deux oiseaux migrateurs vous offriront afin de vous faire rire, pleurer, vibrer ou frissonner. C’est donc en riant, en pleurant, en vibrant et en frissonnant que vous effectuerez ce voyage dans l’espace et dans le temps et que vous vous apercevrez qu’une reprise, quand elle est réalisée avec infiniment de respect, peut devenir la plus inédite et la plus personnelle des créations…

Le vendredi 7 février, à 20 h 30, au théâtre de Lons-le-Saunier. Durée : 1 h 15. Tarif plein : 30 euros. Plus d’informations au 03 84 86 03 03.

« Colette, le goût de la vie »

Avec Sylvie Jobert et Colette Alexis, ce jeudi 30 janvier, à 19 h 30, salle de l’Atelier de l’Exil, à Lons-le-Saunier.

Devant la lecture de plusieurs des textes de Colette, on est pris d’éblouissement devant ce jaillissement de vie d’une puissance grisante et sa faculté à ressusciter le passé non pas « perdu » mais « vécu » par cette amoureuse de la vie.

Femme libre et moderne à une époque où le seul horizon féminin est le statut de femme mariée et entretenue, son œuvre est traversée par la puissance d’une vie de femme et son désir impérieux d’être autre chose que la figurante de sa propre vie et ce sont les mots qui vont l’y aider.

Colette Alexis et Sylvie Jobert ont créé ce spectacle pour la Comédie de Picardie.

Entrées : 8 et 10 euros.