Droits des femmes et défense de l’hôpital même combat

Le CODESOHO se rappelle à tous.

0
353
La nouvelle banderole du CODESOHO!

Le lundi 8 mars dernier le CODESOHO (Comité de Défense et de Soutien de l’Hôpital) de Saint-Claude profitait de la Journée Internationale des Droits des Femmes pour organiser en après-midi un rassemblement sur la Place du 9 avril 1944 à Saint-Claude, afin de répéter son combat pour la réouverture de la maternité de la ville.
Ce fut l’occasion pour lui de dévoiler sa nouvelle banderole rappelant que des mamans du Haut-Jura accouchent parfois en 2021 sur le bord de la route…
Sous les regards attentifs et motivés d’une grosse centaine de participants, le président André Jannet a lu le bulletin de la coordination nationale des comités de soutien aux hôpitaux.

La situation se dégrade

«En pleine pandémie derrière le quoiqu’il en coûte brandi par le président de la République, des fermetures de lits, des restructurations, des restrictions budgétaires, se poursuivent à l’hôpital et dans le médico-social. Les conditions d’accueil des patients se dégradent (sorties prématurées de l’hôpital, éloignement des lieux de consultation et de soin, listes d’attente pour un EHPAD, heures passées à dégoter un RDV pour une vaccination anti-covid…).
Tout cela repose sur les aidants et le plus souvent des aidantes. La fermeture des maternités, les difficultés d’accès à l’IVG bafouent les droits des femmes. Les conditions de vie et de travail des personnels n’en finissent plus de se dégrader. La covid a multiplié les situations de tension déjà existantes à l’hôpital depuis des années. Les métiers du prendre soin et de la santé sont occupés à 80% par des femmes, et leurs rémunérations sont inférieures à 20% de celles des hommes, et c’est un homme qui vous en parle en plus…». Le maire Jean-Louis Millet a également pris la parole pour rappeler notamment que «la première violence faite aux femmes c’est la fermeture d’une maternité».
A la suite, plusieurs interventions de Francis Lahaut et du docteur Jean-Paul Guy ainsi que de particuliers en leur nom, sont venus dire leur vérité au sujet du bien commun qu’est la santé.