Dossier immo : avec Welmo, Nicolas Gay ouvre la voie à la digitalisation des process et à la nouvelle technologie

Rencontre avec le dirigeant-fondateur d'une agence immobilière particulière, dont le business modèle est essentiellement basé sur l'Internet.

0
389
Nicolas Gay.

Nicolas Gay, vous êtes le fondateur de l’agence immobilière Welmo. Pourquoi et comment votre démarche diffère-t-elle de celle de vos “concurrents” ?
En tant qu’ancien responsable agent immobilier, j’ai pu constater deux choses :
D’abord que le métier d’agent immobilier n’avait pas évolué depuis des années. Et surtout que le service proposé non plus !
D’autre part, 70% des propriétaires tentent de vendre sans agence et le métier d’agent immobilier est l’un des trois métiers les moins appréciés pour trois raisons principales : Les commissions jugées trop élevées, un service qui n’a pas évolué et un manque de transparence.
Nous avons donc créé en 2016 WELMO, la 1ère agence immobilière avec mes 2 associés Jimmy Delage et Charles Collas, afin de réinventer le métier d’agent immobilier et d’apporter le meilleur service, grâce notamment à la digitalisation des process et à la nouvelle technologie.
WELMO propose 3 forfaits fixes à 990€, 1,9% ou 2,9% quand une agence traditionnelle pratique en moyenne 5% à 7%.

Concrètement, comment fonctionnez-vous ?
Les propriétaires utilisent notre outil d’estimation en ligne, peuvent prendre RDV en visio-conférence avec l’agent immobilier expert de la zone afin d’estimer gratuitement cette estimation, prévoir un shooting photo pro avec plan et visite virtuelle sous 24h00 maximum et partout en France.
Dès lors que le propriétaire nous confie son bien immobilier à la vente, une interface personnalisée lui est créé avec un agenda en ligne permettant de visualiser les visites à venir avec les coordonnées des visiteurs, les feedbacks d’après visite, les offres d’achat, la possibilité d’up loader les documents liés au bien immobilier (charges, assemblée générale etc…).
A savoir que ce sont les propriétaires dans 95% du temps, qui font eux-mêmes les visites car ils connaissent mieux que quiconque leur bien avec l’environnement et cela rassure les visiteurs de rencontrer les propriétaires .
En parallèle les visiteurs peuvent pré-réserver une visite en ligne, notre agent filtrera la visite avant de confirmer, validera le plan de financement en amont avec nos partenaires courtiers, la visite peut se faire dans un 1er temps avec la visite virtuelle et aussi en visio conférence avec le propriétaire, puis physiquement toujours avec le propriétaire. Les confirmations de visites sont confirmées automatiquement par mail, texto et notification dans l’interface.
Bref, toute la chaîne de valeur a été repensée pour apporter un service simple, fluide et efficace.
Les taches chronophages et à faible valeur ajouté pour nos agents sont donc automatisées leur permettant de se consacrer leur réelle valeur ajoutée qui l’affinage de l’estimation, la valorisation et la communication du bien immobilier, le conseil, la négociation et l’accompagnement.
Les agents WELMO peuvent ainsi vendre partout en France car le modèle est totalement digitalisé permettant de proposer le service sur toute la France.
Résultat, nos agents vendent en moyenne 6 biens par mois contre 1 bien par mois pour une agence immobilière classique…

Depuis la crise du covid-19 et les impératifs liés au confinement, les demandes de visites virtuelles de biens et les signatures à distance explosent… Comment vous adaptez-vous à ce nouveau mode de fonctionnement ?
Dans toutes crises, il en ressort de nombreux aspects négatifs mais aussi quelques aspects positifs. Notre modèle a su facilement s’adapter à cette situation car nous fonctionnions déjà à distance pré-covid.
Nous constatons une très claire augmentation de la consommation digitale dans le secteur de l‘immobilier tel que la visite virtuelle mais pas que, nous avons fait plusieurs visites en visio-conférence.
Le virage vers plus de digitalisation dans le secteur immobilier avait bien du mal a passer le cap par rapport à d’autres secteurs d’activités. Ce confinement ne fait qu’accélérer les choses et les utilisateurs (vendeurs et acheteurs) sont demandeurs.

Vous recrutez actuellement plus de 200 agents immobiliers dans l’Hexagone. Sous quel statut ? Quels profils recherchez-vous ? Quelles qualités faut-il posséder pour être un bon agent immobilier ?
Effectivement, nous recherchons sur toute la France des agents immobiliers indépendants leur permettant de gérer leur emploi du temps comme ils le souhaitent de pouvoir aussi par la suite créer leur propre équipe. Le modèle WELMO leur permet de vendre partout en France, de chez eux.
Nous recherchons des profils avec de l’expérience dans l’immobilier ou des profils commerciaux qui ont le sens du relationnel, qui ont de l’empathie, le goût du challenge, la gagne et l’esprit d‘équipe.

Selon vous, comment le métier de l’immobilier est-il amené à évoluer dans les mois et les années qui viennent ?
Il y a de la place pour plusieurs types d’agents immobiliers mais il y aura toutefois un avant et un après. Le métier doit se digitaliser, se réinventer et repenser son offre.
L’humain et le conseil seront toujours clefs mais je vois bien l’agent immobilier de demain en hologramme permettant d’être dans un bien immobilier sans se déplacer physiquement (cela remplacerait les RDV vendeur que nous faisons déjà chez WELMO en viso-conférence).
Il y a bien des concerts ou des politiciens qui ont fait le test. Ce n’est qu’une question de temps…