Dole : l’échec de la gauche selon Jérôme Coutrot

L'ancien secrétaire de section du Parti Socialiste dolois livre son sentiment et pointe du doigt la désunion comme principale explication à la cuisante défaite de son camp. Pour lui : "L’électorat social-démocrate dolois ne s’est reconnu dans aucune des listes de gauche". Explications.

727
Jérôme Coutrot.

Il n’est pas toujours tendre avec les siens, mais a osé courageusement et lucidement via le blog https://socialistedolois.wordpress.com livrer son analyse.
“Les résultats de l’élection municipale à Dole sont sans appel, la désunion a fait son office et la défaite dès le premier tour est malheureusement celle que nous pouvions craindre”.
Adressant ses “félicitations républicaines” à Jean-Baptiste Gagnoux, réélu avec plus de 60% des voix, Jérôme Coutrot discerne toutefois l’homme et l’œuvre :
“Si je combats le politique, je respecte et j’apprécie l’homme. Je sais que nous avons en commun le souci de faire avancer et évoluer notre ville, nos appréciations et les moyens pour y parvenir ne sont pas les mêmes, c’est tout le sens de la démocratie”.
Un mot aussi pour Jean-Claude Wambst “qui s’est retiré de la vie politique locale au soir de cette élection, après l’avoir servie avec détermination et conviction au cours des dernières années. Il a amené la gauche à la victoire en 2008, il a rendu possible une alternance nécessaire pour notre ville et notre territoire. Il a conduit les destinées de notre ville en affirmant des valeurs de gauche qu’il a portées haut et fort, qu’il en soit infiniment remercié”.

La gauche doloise considérablement affaiblie

Puis l’ancien chef de file des socialistes locaux embraye sur un ton plus vindicatif :
“La gauche doloise sort considérablement affaiblie de ce scrutin, je le redoutais. L’accueil réservé à la gauche sociale-démocrate sur la liste dite « d’union » n’est certainement pas étranger à ce résultat….  A ce titre, il faut saluer l’engagement de Timothée Druet qui a su porter ces convictions-là, sur cette liste dans un climat qui n’a pas toujours été propice à l’unité : une unité qui était la condition première du moindre espoir de victoire”.
Pour lui, une évidence s’impose : “L’électorat social-démocrate dolois ne s’est reconnu dans aucune des listes de gauche. C’était à craindre et c’est arrivé ! Par ailleurs les grands stratèges en politique qui prévoyaient de se retrouver au second tour se sont lourdement trompés et ils ont pris ce dimanche soir une part majeure dans la responsabilité de l’échec. On n’a toujours pas tiré les enseignements de précédents échecs, mais rien n’y fait. On remet ça et les mêmes causes produisent les mêmes effets…”.
Et de conclure :
“Il faut aujourd’hui faire vivre les valeurs de la gauche sur le bassin dolois, ce ne sera certainement pas facile ni simple, mais ô combien nécessaire pour la démocratie et pour notre territoire ! Je m’y investirai sans réserve avec toute la détermination et la conviction qui ont toujours conduit mon engagement, mes engagements pour notre ville, notre territoire”.
A suivre…

Lien vers le texte intégral : https://socialistedolois.wordpress.com/2020/03/15/917/