Des changements aux prud’hommes

Pour le nouveau président, les polémiques sur les nouveaux plafonds d’indemnisation « Macron » n’ont pas lieu d’être.

87
Florence Allagnat a transmis le flambeau à Jean Nozière.

Durant son audience solennelle de rentrée le 18 janvier, le tribunal des prud’hommes du Jura a remercié Florence Allagnat. La présidente en exercice a transmis le flambeau au nouveau président, Jean Nozière. Un président pugnace, qui a d’entrée de jeu mis au clair les polémiques entourant l’application des « ordonnances Macron ». Traduites dans « l’article L 235-3 du code du travail », elles ont mis en place  des plafonds concernant les indemnités de licenciement dues aux salariés ayant eu gain de cause en justice. Selon le président Nozière, l’application de ces dispositions ne pose pas de problème, le tribunal n’étant pas tenu à un barème mais à respecter un plancher et un plafond. Seules 3 décisions de justice sur des milliers de cas ont, selon lui, quelque peu semé le trouble dans les esprits. En cause, le syndicat des avocats de France (SAF) qui souhaiterait « le beurre, l’argent du beurre, et le sourire la crémière ». Par ailleurs, le nouveau président a expliqué que ces ordonnances Macron comportent 6 exceptions permettant de s’affranchir du « barème ». De quoi tranquilliser, on l’espère, les justiciables…