Déchets : plongée dans les entrailles du Sydom

De véritables montagnes de déchets (65.000 tonnes par an) arrivent des 4 coins du Jura et au-delà (Ain) à Lons pour y être triées (avant recyclage) ou incinérées. Un des plus grands centres de traitement de la région, sans lequel le Jura serait transformé depuis longtemps en poubelle.

93
Des montagnes de déchets venues de tout le Jura et au-delà.

« Incroyable » : c’est le mot qui est venu à la bouche d’une trentaine de visiteurs conviés par le Sydom du Jura (Syndicat départemental des ordures ménagères) à visiter la semaine dernière, le centre de tri et d’incinération des déchets situé en zone industrielle de Lons. Tous les déchets du département convergent ici, soit ceux d’environ 270 000 jurassiens. C’est donc à un Everest de détritus, que s’attaquent 7j/7, des hommes, des femmes et des machines. Plus de 15.000 t de déchets en provenance des bacs « bleus » sont triés chaque année pour être recyclés, selon un cheminement assez complexe mêlant tri manuel et mécanique. Une récente machine de tri optique sépare les plastiques transparents et opaques, car leur recyclage sera très différent : 27 bouteilles en plastique PET opaque pourront par exemple se transformer en un pull en fibre polaire ou en coque de piscine, tandis que 4 bouteilles en PET transparent pourront donner vie à 3 bouteilles du même type « neuves » (jusqu’à concurrence de 3 recyclages).
« Seul le verre peut se recycler à l’infini » a précisé Léa Bazin, chargée de communication du Sydom. Rien ne se perd, tout ou presque se transforme donc dans cette immense usine créée en 1994 : le papier sera recyclé (jusqu’à 7 fois), les briques carton se transformeront en sopalin ou en papier wc, les bidons de lessive en toboggan en plastique, les boîtes de conserve en boule de pétanque, etc.

Derrière vos déchets, des trieurs au travail particulièrement difficile.

Un immense four chauffé à 850 °C

Grâce à sa grosse capacité de traitement et à sa place de leader du marché régional (loin devant le Sydom du Grand Chalon par exemple et ses 3.000 tonnes annuelles), le Sydom du Jura absorbe même les bacs bleus des agglos de Louhans, Bourg-en-Bresse et Montrevel en Bresse. 40.000 t par an, provenant des bacs gris finissent encore malheureusement par partir en fumée un immense four chauffé à 850 °C. Un amoncellement impressionnant auquel s’attaque jour et nuit une énorme pince capable d’emporter 1.500 kg en une seule prise.
Et un déversement incessant qui pose des questions sur la « société de consommation », ou du moins ses dérives. Au niveau du Sydom, comme les « cendres » valent beaucoup moins cher à la revente que les produits recyclables, les erreurs de tri coûtent cher à la collectivité (c’est-à-dire à votre portefeuille). D’où l’importance de respecter les consignes a rappelé Léa Bazin (comme par exemple de mettre tous les emballages au bac bleu). Quant à la tarification au poids, « serpent de mer » maintes fois évoqué, il conduirait environ 2/3 des usagers à payer plus cher qu’ils ne le font actuellement. Grâce à cette visite, les visiteurs ont néanmoins été sensibilisés à la réduction des déchets et aux bons gestes de tri. D’autres visites auront lieu chaque mois sur un nouveau créneau (en soirée), pour permettre à tous d’en profiter.

 

Contact et infos :
https://www.letri.com