De l’eau dans le gaz pour les rivières du Jura

Au cœur d’une sécheresse d’autant plus extrême que récurrente, les tensions entre fédération de pêche du Jura et Conseil départemental font un peu désordre.

449
Ces superbes truites sauvages sont condamnées à mort. Crédit photo : Nicolas Germain.

Lors de sa commission permanente du 3 juillet dernier, le Conseil départemental du Jura a retoqué la demande de subvention de 11.098 € présentée par la fédération de pêche pour mener des études. « Notre seule demande de subvention » précise Claude Trochaud, président de la fédération de pêche du Jura qui n’a pas eu plus de chance que celle (du même ordre de grandeur) déposée l’an dernier. Remarquant que la fédération de chasse, qui compte moins d’adhérents (11.000 cartes de pêche vendues, donc 8.000 annuelles) bénéficie d’un soutien du conseil départemental à hauteur de 110.000 € par an, il espère normaliser les relations avec le département du Jura. Le torchon brûle car les procès ne manquent pas : stations d’épuration ne respectant pas certaines nouvelles normes et -dernier accroc en date- travaux non conformes sur la Sirène. Selon la fédération, une entreprise (implantée hors métropole) avait procédé il y a 2 ans à la réfection des piliers d’un pont sur cette rivière, sans respecter la protection du milieu aquatique. « Nous demandons juste le respect de la loi, pour éviter que ces situations se reproduisent » explique Claude Trochaud.

L’attente d’un programme d’actions

Clément Pernot, président du Conseil départemental répond que : « La Fédération de pêche du Jura est un partenaire historique du Conseil départemental …/… Ainsi, pour différents projets sur les cours d’eau et les lacs, la Fédération du Jura a reçu du Conseil départemental plus de 200 000 € depuis 2011…  Par convention d’objectifs, la Fédération a également bénéficié de plus de 60 000 € depuis 2013. La Fédération est également rémunérée comme prestataire par le Conseil départemental, elle est également associée à ses instances départementales : Ain, Valouse, Chalain, … ». Par rapport aux demandes de subventions, le président Pernot explique : « La situation financière des associations demandeuses est aussi prise en considération (la Fédération n’est pas positionnée en fragilité avec plus de 2 millions € de réserves). Le 24 mai 2019, une rencontre avec le Président de la Fédération a permis au Conseil départemental d’exprimer son attente d’un programme d’actions…/…Le Conseil départemental attend avec bienveillance ». A suivre…

Les rivières à truites à sec

Année après année, le dérèglement climatique lamine les poissons nobles du Jura. Selon Claude Trochaud, la Furieuse par exemple est descendue à 30 litres/seconde autour du 20 août, au lieu au lieu de 250-300 l/s d’habitude (soit 10 fois moins). Une situation hydrologique « pire que l’an dernier » selon lui. Un arrêté préfectoral ‘d’alerte renforcée’ a bien été pris le 18 août pour limiter les usages de l’eau, mais cela ne suffit pas. Afin que le Jura ne perde pas pour de bon ses rivières à truite, la fédération planche sur des mesures plus courageuses et radicales car demain, il sera trop tard….