Cyrille Bréro : « J’en ai assez qu’on utilise mon nom »

Le conseiller municipal de Lons-le-Saunier ne rejoindra pas une des listes déjà déclarées, contrairement aux rumeurs qu’il veut faire taire. Et il songe même à fonder sa propre liste pour les municipales de 2020.

211
"Je suis un homme libre" affirme haut et fort Cyrille Bréro.

Cyrille Bréro lancera-t-il sa propre liste en vue des municipales de 2020 à Lons-Le-Saunier ? Après certaines informations en ce sens en septembre, l’intéressé y songe plus que jamais, affirmant que « quatre mois avant les élections ce ne serait pas trop tard ». « Beaucoup de personnes me pressent d’y aller, beaucoup l’attendent » explique t-il, en raison d’un travail de fond mené auprès des lédoniens pour les écouter et les aider. Citant l’appui à Lons International Battle, au festival des Rendez-vous de l’aventure, à « Vélo qui rit » entre autres associations, il met en avant « une présence, une méthode, des résultats » à l’appui d’une éventuelle candidature, qui aurait aussi pour atout d’établir une passerelle entre Lons-Le-saunier et le conseil départemental. « J’en suis le vice-président, et beaucoup de projets ne se feront pas sans l’appui du département : future cité des sports, réaménagement de la rocade, grand musée des beaux arts, etc. ». Un grand musée sur lequel il verrait d’ailleurs bien un référendum pour permettre a chacun de s’exprimer, tout comme sur les grandes décisions de la vie locale. Ce changement de méthode par rapport à Jacques Pélissard et ses 31 ans de mandature, il le verrait bien aussi à travers « des conseils de quartiers »  consultatifs. Sans étiquette, et se revendiquant « d’une droite sociale et populaire », Cyrille Bréro en a surtout assez que des listes déjà constituées l’utilisent comme faire-valoir pour pallier selon lui à un déficit de popularité ou de notoriété, « alors que je suis un homme libre ». « Je ne suis pas une marionnette, et je ne me reconnais dans aucune tête de liste » déjà déclarées assène-t-il. D’où l’hypothèse d’être lui-même tête de sa propre liste, quitte à envisager ensuite d’éventuelles fusions. « Je prendrai ma décision en novembre » a-t-il conclu.