Croissance : meilleures prévisions pour 2021… Chine en tête

En Chine, les affaires marchent fort. Seule économie au monde à avoir gommé les effets de la crise économico-sanitaire, l’Empire du Milieu pourrait même détrôner les Etats Unis avant la fin de la décennie.

0
222

Au petit jeu de massacre du Covid, tout le monde semble avoir perdu. Tout le monde ? Pas sûr… En effet selon les récentes prévisions du Fonds Monétaire International (FMI), la croissance mondiale devrait atteindre 5,5 % en 2021, mais elle cache de grandes disparités. Plutôt perdante, la zone euro, qui devrait flirter avec les 4,2% de croissance, la France réussissant toutefois la gageure de damer le pion à l’Allemagne (5,5% contre 3,5%). L’Italie pointerait à 3 % (-2,2 points) et l’Espagne à 5,9 % (-1,3 point)… Ceci si la vaccination tient ses promesses en termes d’approvisionnements et de logistique, et si l’activité économique ne pâtit pas de nouvelles restrictions… Mais il ne faut pas se voiler la face : en Inde, la croissance devrait être de 11,5% et en Chine, le FMI entrevoit une croissance meilleure que prévue, de l’ordre de 8,1%. Il faut dire qu’en 2020 déjà, alors que le monde entier entrait en récession,  l’empire du Milieu (et Wuhan) ont vu leur P.I.B croître de 2,3%…ironie du sort. Et double ironie du sort, lorsqu’on sait que les nouvelles mesures de confinement lui permettront de réaliser une année 2021 record en termes de production (lire encadré). D’autres pays d’Asie (ASEAN 5) resteront pour leur part proches de l’Europe (+ 5,2%). Globalement, « les prévisions mondiales pour 2021 sont revues à la hausse de 0,3 points » estime le FMI. Raisons de cet optimisme (tempéré) : le début des campagnes de vaccination des pays développés, qui fait enfin entrevoir une fin du tunnel…tandis que les pays pauvres attendent.

Les banques centrales ont sauvé les pays riches

Ce qui fait un peu désordre dans le cas d’une pandémie mondiale : « Le nationalisme vaccinal pourrait coûter à l’économie mondiale jusqu’à 9.200 milliards de dollars », dont la moitié pour les pays développés a ainsi lancé le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui s’appuie sur une étude de la Chambre de commerce internationale. Du fait de l’interconnexion des économies mondiales, cette étude estime qu’il coûterait « 38 milliards de dollars pour fabriquer et distribuer les vaccins à l’échelle internationale”, contre 4.500 milliards de dollars si le nationalisme économique perdure. Pas de soucis cependant pour les pays riches qui bénéficient d’une résilience accrue, du fait de leur économie tertiaire entre autres : selon le FMI, « l’économie semble s’être adaptée, avec le temps, à la baisse des activités qui nécessitent des interactions physiques», télétravail aidant. Enfin et surtout, les banques centrales ont fait pleuvoir les milliers de milliards aux Etats-Unis (1.900 milliards de dollars), au Japon, et en Europe entre autres. De quoi entrevoir 2021 sous de meilleurs auspices en France…

Stéphane Hovaere.

La Chine confine et booste sa production

Etrange paradoxe pour les Occidentaux : la production chinoise au 1e trimestre 2021 devrait battre tous les records…malgré de nouvelles mesures de confinement. Il faut dire que le Nouvel an chinois (12 février) met d’ordinaire l’industrieux pays à l’arrêt durant une semaine officielle, précédée de deux à trois semaines de ralentissement de l’activité, et suivie de plusieurs semaines « sans ». D’ordinaire période creuse de l’année, le printemps 2021 sera donc celui du labeur : des centaines de millions de Chinois ne pourront rentrer chez eux, et seront donc « forcés » de travailler. Une pression d’autant plus forte que les carnets de commandes regorgent de demandes émanant de tous les pays du monde, qui retrouvent le chemin de la croissance grâce à leur principal fournisseur.