Covid : les premiers jurassiens vaccinés peuvent souffler

Des milliers de jurassiens ont déjà bénéficié du vaccin Pfizer-BioNTech, un grand pas en avant être protégés à titre personnel, mais aussi un grand espoir pour entrevoir le début (du début) de la fin de la pandémie.

0
104
Le docteur Pascale Couzon, chef de la Commission médicale d’établissement (CME) du Centre Hospitalier Jura Sud a été la première médecin jurassienne à être vaccinée.

Depuis le 7 janvier, ils sont des milliers à avoir franchi le cap (déjà 3.000 au 14 janvier) : se rendre dans un centre de vaccination jurassien et recevoir l’injection leur permettant d’être immunisé contre la Covid 19. A la mi-janvier, 5.000 doses arrivent chaque semaine dans le super-congélateur du Centre hospitalier Jura-sud à Lons le Saunier, le seul du Jura à pouvoir atteindre les -80°C requis pour assurer la stabilité des vaccins. Et c’est ici que les premières vaccinations ont débuté le 7 janvier pour les publics prioritaires : soignants et assimilés de plus de 50 ans (aides –soignantes), résidents d’EHPAD (2.500 dans le Jura), pompiers (1.600 dans le Jura), etc. Selon Guillaume Ducolomb, directeur du Centre hospitalier l’objectif consiste à « ouvrir cette vaccination massive à des dizaines de milliers de jurassiens » aussi rapidement que possible. Le Docteur Pascale Couzon, première médecin jurassienne à être vaccinée contre la Covid 19 a déclaré : « Ce premier vaccin représente un espoir mondial contre la pandémie. Il s’agit de se protéger à titre personnel, mais aussi un acte citoyen pour gagner le combat contre cette virose mondiale ».

Près de 50.000 jurassiens déjà éligibles

De l’avis des premiers vaccinés, c’est le soulagement qui prime. Dans la salle d’attente où ils sont placés en observation durant 15 minutes, on se dit rassuré et surtout libéré d’un poids, d’une épée de Damoclès qui bientôt ne sera plus suspendue au dessus de leur tête. Selon le Centre hospitalier Jura sud, il faut en effet compter 10 à 12 jours après la première injection pour que le corps s’immunise…ce qui doit être renforcé par une seconde dose 6 semaines plus tard. Au niveau logistique, les rendez-vous permettent selon le Dr Couzon d’optimiser les vaccinations : « après décongélation, le vaccin peut être stocké 3 jours au réfrigérateur, et après sa reconstitution, il doit être administré dans les 6 heures ». Avec les 45.000 seniors âgés de plus de 75 ans, près de 50.000 jurassiens au total peuvent prétendre au vaccin en janvier, avant l’ouverture aux plus de 65 ans. Un afflux qui sera absorbé avec l’arrivée du second vaccin Moderna en “avant-première” nationale.

Le docteur Annabelle Carron, médecin chef au SDIS 39, a préparé l’injection qui s’est déroulée sans problème.

Comment être vacciné ?

Avec l’ouverture de la vaccination le 18 janvier à tous les plus de 75 ans, ceux-ci peuvent désormais prendre rendez-vous via téléphone ou internet (Doctolib) dans les au moins 16 centres de vaccination jurassiens : à Lons (Juraparc, hôpital entre autres), à Dole, Champagnole, Saint-Claude, Morez, les Rousses, etc. David Philot, préfet du Jura a souligné l’excellente collaboration des municipalités, qui –comme à Lons- mettent rapidement à disposition salle, secrétariat, gardiennage, etc. De nouveaux centres pourraient ouvrir en fonction de besoin selon l’Agence Régionale de Santé. Une agence totalement débordée (et injoignable au téléphone) début janvier par les appels de professionnels de santé désireux de se faire vacciner. D’après le Dr Couzon, 350 hospitaliers ont en effet déclaré la Covid 19 depuis début octobre à Lons…sans compter les médecins libéraux qui ont aussi payé un lourd tribu.