COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté : l’opération « Prêter main forte » pour venir en aide aux établissements

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de toucher durement la région, le site prêtermainforte s’ajoute à #Renforts-Covid. Des interfaces digitales simples pour permettre aux soignants comme aux non-soignants de mettre leurs compétences au service des hôpitaux et établissements médico-sociaux.

472

« Rester vigilants, mobilisés, prudents ». L’ARS Bourgogne-Franche-Comté relaie ce message du ministère des Solidarités et de la Santé alors que ce 14 avril, plus de 1 300 personnes (1 361 précisement) sont prises en charge pour COVID-19 dans les établissements de santé de la région.
Parmi ces patients, 285 nécessitent des soins lourds dans les services de réanimation.
551 personnes sont décédées en milieu hospitalier depuis le débit de l’épidémie.
Santé publique France ne recense pas de nouveau décès signalé en établissement médico-social. Par ailleurs, 1 488 personnes sont sorties d’hospitalisation.

200 bénévoles en Bourgogne-Franche-Comté

Lancée ce week-end dans toute la France, la nouvelle plateforme prêter main forte rencontre déjà un franc succès : 1 500 bénévoles déclarés à l’échelle nationale en trois jours, dont 200 pour la Bourgogne-Franche-Comté.
Objectif de ce dispositif co-construit dans la région avec l’ARS Bourgogne Franche-Comté et le soutien de beta.gouv.fr : faire correspondre une offre de bénévoles disposant de compétences hors du champ du soin, avec les besoins de renforts ponctuels des établissements de santé et médico-sociaux.
Que ces besoins concernent l’accueil, l’administratif, la communication, l’informatique, la
logistique ou la restauration…
Toute personne dont le profil métier permet de prêter main-forte quelques heures ou quelques jours peut se porter candidat sur le site : https://www.pretermainforte.fr, conçu par des citoyennes et citoyens bénévoles sur le modèle des startup d’État.
Ce nouveau service complète le dispositif #Renforts-Covid qui permet quant à lui la rencontre entre les besoins urgents des établissements de santé et médico-sociaux et les compétences de soignants (étudiants, actifs, retraités…).
1 200 demandes de renforts ont été formulées, essentiellement pour des compétences d’aides soignants et d’infirmiers. Plus de 440 besoins ont déjà été pourvus.