Jura. Champagnole. Covid 19 versus Champagnole Nozeroy Jura

Le président de la communauté de communes a détaillé les mesures prises durant le confinement. L’occasion d’évoquer aussi quelques dossiers d’actualité sur l’aménagement du territoire.

183
Franck Salvi et ses camions partiront d'Equevillon pour s'installer sur la zone Bouvet.

« L’ordre établi a tôt fait de se désintégrer, tout peut être remis en cause a tout moment » : c’est par ce préambule que Clément Pernot a débuté son bilan des mesures prises pendant et après le confinement au sein de CNJ.
Aucune surprise parmi celles-ci : on retiendra cependant la cession du chalet de la Haute-Joux pour 540.000 € à son association gestionnaire. Un ‘prix d’ami’ eu égard à l’estimation officielle (1,1 million €) qui prouve pour Clément Pernot que CNJ « ne se désengage pas » du chalet et de son secteur.
« On veillera à ce que le développement sur ce territoire se poursuive » a-t-il renchérit, même si les 4 millions € d’investissements (avec entre autres un stade de biathlon) prévus il fût un temps ne sont plus d’actualité. Dans le jeu de chaises musicales mené par CNJ pour optimiser sa maîtrise foncière, on compte désormais l’entreprise Salvi transports, située à Equevillon.
Selon Clément Pernot, la comcom’ récupère l’emprise de celle-ci, située juste à côté de l’abattoir intercommunal pour 350.000 € HT : de quoi envisager sans doute d’autres projets entrepreneuriaux en synergie avec celui-ci. En contrepartie, Salvi Europe se ‘délocalise’ sur la zone Bouvet, où elle a acquis 6.000 m2 de terrain à hauteur de 10 €/m2.

Les communes forestières à sec

Industrie toujours avec la zone Schwartzmann et ses entreprises dynamiques (Sanijura, Eurofen, Lacroix) : pour accompagner leur développement, CNJ aménagera le carrefour situé à l’entrée de la ville, grâce entre autres à des deniers de l’Etat. Autre projet d’envergure : la fameuse zone commerciale située avenue de Tassigny, près du garage Peugeot. Les deux bâtiments disposés en « V » accueilleront bien plus de 4.600 m2 de commerces, avec une préférence pour les enseignes locales.
En qualité de président du Conseil départemental, Clément Pernot a également souligné un coup de pouce substantiel de l’institution sur les marchés de travaux publics (tranche 0-40.000 €) des communes jurassiennes.
Pas sûr toutefois que les communes forestières s’y précipitent, car comme l’a souligné Michel Bourgeois, président de leur association, les insectes ravageurs leur ont coupé les ailes : résultat « aucune capacité d’investissement » et bien peu en fonctionnement.