Un conseil municipal tumultueux

Débat d’orientation budgétaire et grand débat national étaient au menu.

177

Petite passe d’arme en préambule.
Jean-Louis Millet et Olivier Brocard conseiller d’opposition, se sont “chamaillés” sur le sujet du débat national. En effet un collectif de personnes a prévu d’organiser les 5 et 13 mars deux soirées d’échanges citoyens. Jean-Louis Millet a précisé qu’il n’avait pas confisqué le débat à Saint-Claude, en disant à titre personnel, qu’il n’en organiserait aucun.
La polémique s’en est arrêtée là, non sans le remerciement de Mr. Brocard à l’adresse du maire sur la mise à disposition de la salle Bavoux-Lançon.

Un nouveau cycle budgétaire

En cette fin février, l’analyse budgétaire annuelle commence avec  le DOB. Le vote du budget primitif interviendra lors de prochaines séances. Sylvie Bonnevie la DGS a fait une présentation de ce document circonstancié notamment quant aux ressources, en notant la poursuite du dégrèvement de la Taxe d’Habitation (TH), que l’Etat s’est engagé à compenser entièrement aux communes à l’euro près. Mais  ceci sur la base des taux globaux appliqués en 2017, cela risque de coincer… Car la possibilité de compenser un éventuel écart négatif, par une revalorisation des valeurs foncières, est à exclure vu l’imposition sur le foncier déjà assez élevée sur la commune. L’annonce du maintien de la Dotation Générale de Fonctionnement (DGF), après plusieurs années de baisse liée à la participation des Collectivités Locales à l’effort de réduction du déficit public est une bonne nouvelle. Par contre il n’y aura pas de revalorisation de la Dotation De Solidarité Rurale (DSR), applicable à Saint-Claude, sauf à noter la progression de la Dotation de Solidarité Urbaine (DSU), en faveur de ces communes les plus pauvres.  La DETR pour les investissements sera maintenue.

“Les temps sont durs, il faut serrer les boulons…”

En face les charges et frais de personnels assimilés représentent 65% des dépenses réelles de fonctionnement. C’est important. Et Francis Lahaut leader de l’opposition de diagnostiquer : «Quant à la dette, elle atteint maintenant des sommets avec un capital restant dû s’élevant au 01/01/20 à la somme de 15.527.378€ … et plus rien des grands projets, comme la Maison des Adieux, les archives municipales, la Maison Associative à Serger, et le parking du bas de la rue Rosset, la cuisine centrale… Cela sent l’étranglement…»
Pour le maire, les projets ne sont pas abandonnés, mais seulement reportés…
« Les temps effectivement sont très durs, il faut serrer les boulons…».

Un Conseil un peu tendu sur le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB)!