Jura. Conliège : Jérôme Cordellier candidat à la succession de Roger Rey

Créer du lien, réguler le trafic routier, et maintenir les services publics seront ses priorités. Soutenu par Roger Rey, sa liste déjà bouclée sera bientôt dévoilée.

555
Jérôme Cordellier entend lutter contre le trafic et la vitesse excessifs.

Tisser davantage de liens entre conliègeois, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes : telle sera l’ambition première de Jérôme Cordellier, 53 ans, s’il était élu maire de Conliège en remplacement de Roger Rey, emblématique premier édile hyper-connecté…
Car celui qui est passé du 93 (Seine-Saint-Denis) au 39 il y a 8 ans, espère mettre sa riche expérience professionnelle au profit de la commune de 680 âmes, envahie par un flux de camions (plus de 400/ jour) et de véhicules conséquent.
Pour « assurer la sécurité des habitants », le candidat aux municipales espère réduire à la fois leur nombre et leur vitesse. Comment ? Grâce à un projet « co-construit avec la population », une méthode qu’il verrait bien infuser la vie de la cité. Réunions d’informations ? Création d’une commission populaire ? Les biais n’en sont pas arrêté, mais l’objectif est clair : « faire de la commune un lieu de vie », y compris pour les entreprises.

« Conliège en musique », le retour

Un domaine qu’il connait bien (lire encadré) et dans lequel il ambitionne des nouveautés. « Une épicerie » coopérative ou associative par exemple, ou bien des initiatives du Clus’ter Jura, hébergé dans la commune.
Une chose est sûre : Jérôme Cordellier souhaite « un maintien des services publics », à commencer par l’école de deux classes. Menacée de regroupement avec Perrigny malgré ses 46 élèves, il entend préserver ce beau bâtiment, et y proposer des projets intergénérationnels par exemple. Quant à la vie associative, son spectre d’activités pourrait être élargi, avec qui sait la renaissance de « Conliège en musique ».

Un riche parcours du 93 au 39

Originaire de la région parisienne, Jérôme Cordellier y a occupé de multiples fonctions managériales : chef de service économique à la Chambre de métiers de Seine-Saint-Denis (93), directeur du développement économique à la ville de Pantin (93), directeur général de l’agence départementale de développement économique entre autres, avant de s’installer dans le Jura en 2012. Il devient alors directeur de la Maison de l’emploi Lons-Champagnole, puis crée sa société de conseil (DV.CO Conseil), menant en parallèle une activité de développement économique territorial dans une SCIC.
Secrétaire de l’association « Défense de la vallée de la Vallière » depuis 4 ans, il est marié et père de trois enfants.