Comment préparer ses plantations ?

Si tu cherches un peu de gaieté, viens donc apprendre à jardiner...

0
109

“Un pas, une pierre, un chemin qui chemine. Un reste de racine, c’est un peu solitaire.
C’est un éclat de verre, c’est la vie, le soleil. C’est la mort, le sommeil, c’est un piège entrouvert”.
Comme l’a écrit avec l’inspiration saisonnière qui le caractérisait Georges Moustaki dans sa célèbre et entrainante chanson “Les eaux de mars”, le début du mois de mars est  effectivement synonyme de retour des beaux jours, de grand nettoyage de printemps, de saison des amours et de soudaines giboulées.
Avec à la clé, des images, des couleurs, des parfums, des émotions, sorte d’effervescence des sens qu’il convient de canaliser à une période de l’année très singulière, la seule où les quatre saisons peuvent se succéder dans la même journée.
Mais le mois de mars est aussi et surtout celui où l’on commence à prévoir ce que l’on voudrait jardiner. Et ce, qu’il s’agisse de légumes, de fruits, de plantes aromatiques ou de fleurs d’ornement. Alors, les idées germent, les pensées bourgeonnent et les projections fleurissent.
Qui plus est en cette année 2021 où jamais le retour aux produits naturels “cuisinés et cultivés maison” n’a été aussi prégnant.
Cela dit, pour devenir un bon jardinier, il faut comprendre que les plantes sont des êtres vivants et qu’à ce titre elles ont besoin, comme nous, de boire et de manger.
Ainsi, si elles n’ont pas leur apport nutritionnel quotidien, elles tombent malades à l’identique des humains. Et il leur faut parfois quelques médicaments pour mieux se rétablir.

Les cultures en carrés ou potagers hors sol peuvent permettre de jardiner facilement, sur de petites surfaces.

 

Conseils d’expert avec Pascal Aubertin, gérant de la Jardinerie Jurassienne

 

Pascal Aubertin, gérant de la Jardinerie Jurassienne.

Ces dernières années, tous les professionnels ont pu noter un engouement pour le jardin, plus spécialement le potager et les fruitiers, à travers la montée en puissance du mieux consommer et du “bio”. En effet, le meilleur “bio” est celui que l’on produit soi-même, car on peut choisir la provenance des plants ou des graines, ce que l’on met dans le sol comme engrais et la qualité d’entretien des fruits et légumes.
” Néanmoins, il est important de bien noter que pour avoir de bonnes productions, il faut nourrir (engrais, composts…) et arroser les plantes tout au long de leur croissance, jusqu’à la récolte, car sans nourriture ni eau, il n’y aura pas ou peu de production.
De fait, une fois plantés, il faut entretenir quotidiennement les plants potagers, et régulièrement les petits fruits et fruitiers, surtout en période de canicule, mais pour cela il existe des moyens simples et pratiques pour économiser ses efforts (paillages organiques) et l’eau (oyas et goute à goutte…), voire la culture sur buttes (permaculture), en carrés potagers hors sols ou en bacs sur pieds pour des terrasses. Système pouvant permettre à des citadins de cultiver des plantes aromatiques, des plants potagers ou des fraisiers sur des très petites surfaces” précise Pascal Aubertin.

Les principaux travaux à réaliser en mars

POTAGER

Au potager, sarcler les planches. Broyer et enfouir les engrais verts. Vider le composteur et épandre le compost mûr sur les planches potagères. Si l’on a beaucoup de matériaux à disposition, tels que bois décomposé, broyats, vieux fumier, terre de taupinière et/ou compost à divers stades, on peut en profiter pour créer de nouvelles couches surélevées, qui d’ici quelques semaines pourront par exemple accueillir les courges.
Commencer les semis en pleine terre : épinards, fèves, cresson, petits pois, oignon, roquette, oseille, poireaux, carottes. Sous châssis on peut semer choux-fleurs, laitues, céleris. A l’intérieur ou en serre, à partir de mi-mars, on sèmera les tomates, aubergines, concombres.
Côté aromatiques, semer en pleine terre la ciboulette et dès la mi-mars, persil, aneth, bourrache. Commencer à planter les aromatiques rustiques achetées en godets. Semer les sauges annuelles et le basilic en serre ou dans la maison.

JARDIN FRUITIER

Pour le verger et les petits fruits, il faut terminer les travaux de taille des arbres fruitiers et de la vigne. Nourrissez simultanément les plants, surtout si leur croissance manque un peu de vigueur, en changeant de type d’engrais d’une année à l’autre. On alternera par exemple entre compost, fumier composté et engrais organique; il est possible d’ajouter un peu de cendre de bois (riche en potasse) pour favoriser floraisons et fructifications.
C’est le moment de planter fraisiers, petits fruits (framboisiers, groseilliers, kiwis…) et les arbres fruitiers en conteneur qu’il faudra bien arroser tout au long de la saison. Lors de ces plantations, bien penser à enfouir un fertilisant et un stimulant racinaire que vous trouverez en jardinerie, afin de favoriser la reprise des plantes et leur développement.

JARDIN D’ORNEMENT

Fleurs, arbres et arbustes, c’est l’heure du grand nettoyage !
Dans les massifs, on coupe les tiges sèches de l’année dernière, on ameublit le sol et on supprime les plantules indésirables. On en profite pour tailler les petits arbustes d’été et les rosiers et faire un apport de compost ou d’engrais pour stimuler le démarrage des plantes.
En revanche, les arbustes à floraison printanière ne seront taillés qu’après floraison.
C’est également le moment de créer vos massifs de vivaces et vos plantations ornementales (haies, massifs d’arbustes….) en prenant soin de fertiliser le sol et de mettre une bonne couche de paillage (8 à 10cm), ce qui permettra de protéger le sol des rayons du soleil et d’espacer les arrosages.

BALCON & TERRASSE

C’est la saison de gloire des primevères, pensées, renoncules et petits bulbes. vous pouvez composer des potées en mélange avec d’autres plantes en attendant les plantes fleuries annuelles.
Si le temps est doux, vous pouvez ressortir les plantes méditerranéennes sensibles au froid (agrumes, palmiers non rustiques…) et commencer vos semis de plantes rustiques, voire les plantations en prenant soin de les couvrir la nuit.

Pour jardiner avec éthique…

“Concernant les semences “bio”, elles sont issues de plantes élevées en culture biologique. De fait, elles sont réputées être meilleures à la santé que les graines traditionnelles. Néanmoins, les graines dites traditionnelles, que vous trouvez en jardinerie, sont certifiées et contrôlées pour garantir leur qualité. Vous trouverez les unes comme les autres en jardinerie.
Concernant le “jardiner proprement”, aujourd’hui, la quasi-totalité des engrais et produits de traitement sont issus de produits naturels. De fait, si le jardinier utilise des produits achetés en jardinerie, il jardine proprement. Cependant, il peut réaliser son compost en prenant soin de n’utiliser que des déchets nobles et de bien respecter les apports divers pour obtenir un fertilisant de qualité comme engrais. Pour la lutte contre les maladies et les ravageurs, il faut utiliser les produits (soufre, bouillie bordelaise, décoction de prêles ou d’orties…) et la lutte biologique (pièges à phéromones), disposer des hôtels à insectes dans le jardin pour favoriser la présence d’insectes amis des cultures (coccinelles, syrphes…) et planter une diversité de plantes pour favoriser leur présence.
A contrario, il ne faut pas utiliser du sel, du vinaigre ou autre remèdes diffusés sur internet, au risque de rendre le sol de son jardin stérile…” souligne le spécialiste.

La lune et les Saints de glace ?

Les Saints de glace sont issue d’une croyance ancestrale liée au climat. Croyance qui conseillait de ne pas planter en pleine terre avant d’avoir passé ces journées des 11, 12 et 13 mai (fêtes de saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais).
Mais aujourd’hui, compte tenu de l’évolution du climat, ce n’est plus vrai.
“Cependant, planter avant cette période n’apporte que rarement des aspects positifs en ayant le risque de perdre beaucoup de plantes, si on a des gels tardifs, exemple début mai 2019 où il a gelé trois nuits de suite” observe Pascal Aubertin. Lequel conseille :
“Attendez la mi-mai pour planter en pleine terre (sans abri) les plantes fragiles (tomates, concombres, courgettes, basilic….) lorsque la terre se sera suffisamment réchauffée”.
Enfin, les cycles lunaires ont une certaine importance sur le jardinage.
Jardiner avec la lune, comme les experts s’y appliquent, permet de respecter les bonnes périodes, voire les bons jours pour réaliser les travaux. De fait, cela favorise la pousse des plantes.
“Les experts de la Jardinerie Jurassienne sont à votre disposition pour vous apporter les conseils adaptés à vos besoins. Jardiner est un loisir qui permet de lâcher prise avec le quotidien et favorise les échanges transgénérationnels” conclut Pascal Aubertin.
En effet jardiner avec les enfants leur inculque plus ou moins consciemment, qu’il est indispensable de travailler (dur et régulièrement), si l’on veut récolter les fruits de son labeur, avec la satisfaction du travail accompli. Toute une démarche visant à enseigner agréablement et pédagogiquement le sens de l’exigence, du courage, de l’abnégation.
Pilier fondamental de sa propre éclosion, de son élévation et de sa réalisation…