Comice agricole : pour mieux comprendre le métier

Plus de 1.000 personnes ont participé à cette grande fête biennale de l’agriculture.

52
Les élus locaux ont lancé les réjouissances dans cette ferme citadine.

Le comice biennal a amené la campagne à la ville le 28 septembre : les 250 plus belles vaches de tout le secteur ont envahi Champagnole, venues d’un large périmètre comprenant 26 exploitations (depuis Andelot à la Marre en passant par Mont sur Monnet, le Vaudioux et jusqu’à Chamole entre autres). Pour les éleveurs, il s’agissait avant tout d’une « grande fête de l’agriculture » et de retrouvailles a confié le président de l’association du comice de Champagnole, Loïc Petetin. Installé en GAEC à Chamole avec deux associés, il élève une centaine de vaches laitières et connait bien le métier. Un métier trop souvent mal-aimé, voire dénigré…à tort estime-t-il, car « les exploitations du secteur restent à taille humaine, et car le bien être animal découle du cahier des charges du Comté ». Les vaches vont ainsi continuer à pâturer jusqu’au début novembre, et certaines disposent par exemple d’un matelas en mousse pour se poser à la stabulation : « mieux la vache est traitée, mieux elle produit de lait » rappelle Loïc Petetin.
Parmi les exploitations du secteur, quelques unes produisent encore du lait industriel, mais la plupart se sont orientées vers le lait à Comté, près de deux fois plus rémunérateur…mais depuis une dizaine d’années seulement. Au-delà du folklorique défilé qui a descendu la grande rue, de la fabrication d’un Comté à l’ancienne, ou du concours sacrant les plus belles laitières, ce comice rassemblant plus de 1.000 participants a peut-être aussi permis de mieux comprendre un métier. Tout comme le récent film « Au nom de la terre », où Guillaume Canet incarne un éleveur au désespoir de voir mourir sa ferme.