Jura. Boichailles. « Cœur du Jura » Michel Francony ne souhaite pas « abandonner le navire en plein milieu du gué »

C’est à Boichailles dans les locaux de l’établissement Maire et Fils que le président de la CCAPS présentait ses vœux aux élus. Dressant un bilan positif des trois années écoulées, il a axé son discours sur plusieurs points de satisfaction.

64
Michel Francony, président de la CCAPS.

 

Une recherche de cohésion et de solidarité. Ce fut le premier sujet de satisfaction de Michel Francony qui s’est félicité de tout le chemin parcouru pour trouver des compromis notamment dans le dossier des transferts de compétences.

Un engagement de tous les conseillers communautaires

« Je ne sais pas si certains d’entre vous ont fait le décompte des soirées qu’ils avaient consacrées au conseil communautaire, moi je l’ai fait. La fourchette se situe entre 20 et 25 soirées, c’est beaucoup, c’est trop, c’est même beaucoup trop, mais je crois que c’était inévitable dans cette phase de construction ».

Un excellent travail de l’exécutif

Michel Francony mettait l’accent sur « les débats et les qualités d’écoute de l’exécutif. Aucun n’a ménagé sa peine, les points de vue ont été exprimés simplement et directement. Certains ont même souhaité que les positions débattues en conseil exécutif puissent être tenues en conseil communautaire. Ça été le cas et c’est le cas. Globalement un grand chemin a été parcouru. Je sais bien qu’il y a beaucoup de complaisance quand les uns ou les autres viennent nous parler de ce qui se fait au sein de notre comcom, mais au-delà de cette complaisance un peu convenue, les témoignages, les retours que l’on peut avoir des représentants de l’état, de la région, du département, de nos voisins des autres communautés de communes attestent de la place que notre CCAPS tient aujourd’hui dans le paysage jurassien ».

Du travail reste à faire…

« Je pense qu’on a beaucoup à travailler aujourd’hui, à travailler demain, en amenant des projets, en créant, à côté ou à la place des commissions, des groupes de travail dans des domaines comme le personnel, la communication… il faudra plus associer en amont dans les projets pour être davantage dans la construction. »
« Dans une mandature de trois ans, poursuivait-il, nous sommes sur des sujets au milieu du gué et abandonner le navire en plein milieu du gué ça ne peut pas se faire ».
Ainsi en avril 2020 Michel Francony sera candidat à sa propre succession, si et seulement si, il est réélu conseiller municipal à Arbois puis conseiller communautaire. Pour l’heure, il est inscrit sur une liste municipale encore en constitution, liste dont il ne prendra pas la tête, affirme-t-il.
A suivre…