Cœur du Jura : forum sur l’alimentation à La Bise

0
98
Un atelier animé et des participants très impliqués.

Le forum ouvert sur l’alimentation organisé par un collectif d’associations du territoire Arbois-Poligny-Salins-Cœur du Jura a réuni une centaine de personnes samedi 12 juin à la Maison de Vacances la Bise à Mesnay. Cette manifestation s’inscrivant dans le cadre du Projet Alimentaire Territorial (PAT) était soutenue par la CCAPS.
« Le forum était ouvert à toutes les personnes sensibles à leur alimentation et à l’origine des produits, explique Véronique Guislain administratrice de Terre de Liens en Bourgogne Franche-Comté. Cette méthode nous permet de faire émerger des projets et des plans d’action en intelligence collective. C’est extrêmement structuré et cadré afin que chacun puisse s’exprimer librement et soit force de propositions ».
Les participants très impliqués ont consacré la matinée à proposer des thématiques à traiter lors des ateliers de l’après-midi.

Les thématiques retenues

Comment intéresser les enfants à la culture des légumes ? Comment améliorer la qualité de l’alimentation dans la restauration collective ? Comment rendre accessible une nourriture plus saine aux plus défavorisés ? Comment mutualiser les transports de la production locale ? Comment le jardin et la nourriture peuvent-ils être des facteurs d’éducation et d’émancipation ? Comment faire prendre conscience au plus grand nombre que l’on peut prendre du plaisir à manger autrement que dans les fast-foods ? Comment toucher ceux qui ne se sentent pas concernés ? Comment favoriser l’accès à la terre des jeunes ? Créer un Fab Lab Végétal : une pépinière par et pour tous. La finalité du forum était affichée en fin de journée et consultable par tous.

En fin d’après-midi, le grand journal regroupait toutes les thématiques abordées et les plans d’action.

Les objectifs

« Mobiliser les citoyens, les amener à s’engager, à participer à des projets qui pourraient soutenir l’émergence d’une alimentation produite localement. Une démarche dans l’ère du temps qui devrait être entendue par nos dirigeants », conclut Véronique Guislain.