Clairvaux-les-Lacs : le plongeoir, star du lac

439
Le plongeoir du grand lac de Clairvaux est l'une des rares installations de ce type en France.

Il se dresse bien droit, au bout de sa jetée à proximité de la plage du grand lac. C’est le plongeoir qui fait la fierté des Clairvaliens. En dehors des piscines, la présence de telles installations, en site naturel aménagé, est très rare en France. Il en existe en fait quatre, une à Saint-Malo en Ille-et-Vilaine, une à Pont-de-Roide dans le Doubs, une à Pont-et-Massène en Côte-d’Or et la dernière à Clairvaux. Chaque été, le plongeoir joue les vedettes, attirant de très nombreux amateurs de frissons, qui ont le choix entre trois étages, 2,5 mètres, 5 mètres ou 7,50 mètres.

Petit retour en arrière :

Août 1943, le Commissariat général aux sports sollicite la commune de Clairvaux (comme quelques autres communes du Jura) pour aménager des baignades improvisées et rénover des structures sportives. Dans cet objectif, la commune de Clairvaux obtient la location de la zone concernée par Monsieur De Haut, propriétaire du lac, pour une redevance annuelle de 5 frs. Un bail pour une durée de 18 ans est signé.

En 1945, la jetée est construite avec une main d’oeuvre produite par les prisonniers allemands et autrichiens. Le coût des travaux (88 000 frs) dépassant les 60 000 prévus, une ligne de crédit est ouverte.

En février 1946. Monsieur Béjean, président du Club sportif clairvalien signe une convention avec la commune, pour gestion et entretien de la zone de baignade.

Le 15 avril 1948, le conseil municipal valide le projet de construction d’un plongeoir sur la jetée, pour un montant prévisionnel de 150 000 frs, en régie avec la main d’oeuvre locale et l’aide du club sportif. Une subvention de 70000 frs est demandée à l’Etat.

En 1997, la décision est prise de consolider l’ouvrage : renforcement des structures métalliques, modification des départs (ramené la hauteur à 7,50 mètres au lieu de 10 mètres à l’origine), réfection des platelages bois, création escalier et garde-corps, mise en peinture parties métalliques. Coût des travaux 150 000 frs hors-taxes. Maitre d’oeuvre : Monsieur Blondeau de Pontarlier  architecte. A noter que la commune est devenue entre-temps propriétaire du lac.