Citroën C5 Aircross : home sweet home

76

Après avoir parcouru les contrées lointaines de l’Empire du milieu pour lesquelles il était initialement destiné, le Citroën C5 Aircross revient chez lui, prêt à conquérir l’Europe. La Chine l’a accueilli avec ferveur, espérons que ses terres natales lui réservent le même sort.

Le renouveau du groupe PSA est impressionnant. Les sorties des Peugeot 3008 et 5008 ainsi que celle de la Citroën C3 ont rencontré un enthousiasme sans précédent dans l’histoire de la marque. Élevée au rang de SUV avec la déclinaison Aircross, la citadine a su renouveler un genre déjà usé jusqu’à la corde. Son succès ainsi que celui de son homologue surélevé – un peu à la manière du duo que forment la Renault Clio et le Cactus – est mérité. Les Chevrons doivent désormais être capables de surfer sur cette bonne dynamique. D’abord destiné au marché chinois, le C5 Aircross a été rapidement rapatrié sur ses terres pour mener à bien cette mission. Il vient aujourd’hui chapeauter la gamme Citroën de sa posture altière.

Le parrain 5

Si le lien de parenté avec le concept présenté à Shanghai en 2015 est incontestable, les designers de chez Citroën ont bien peaufiné leur ébauche pour faire de ce C5 Aircross un modèle à part entière. Un gros travail a été réalisé sur la face avant avec un design plus léché et audacieux, comme le prouve la superbe signature lumineuse basée sur la séparation des optiques et des feux de jours délicatement posés au-dessus des phares.
Du C4 Grand Picasso, le C5 Aircross hérite des très chics inserts chromés sur les vitres latérales. Citroën persiste et signe avec ses Airbumps qui sont toujours lotis sous les portières. Mais les Chevrons ont entendu les réserves du grand public et ont décidé de faire dans la sobriété avec une version plus sobre et plus petite. Ces protections uniques sont désormais entièrement personnalisables avec de nombreux coloris au choix.
Pour faire de l’ombre à ses nombreux rivaux, Citroën mise sur un intérieur des plus travaillés, trouvant le parfait équilibre entre la modernité d’un concept novateur et le classicisme que requiert le positionnement haut de gamme du C5. Le constructeur français a réussi un savant mélange entre le style raffiné de la DS7 et le fun du Cactus : les équipements high-tech s’insèrent parfaitement dans une planche de bord très élégante. On note ainsi les belles incrustations, remarquablement assemblées, les aérateurs verticaux au cachet indéniable ou encore le bandeau en harmonie avec la sellerie.
La C5 Aircross prend comme base la plateforme EMP2 et atteint ainsi 4,50 m de long. L’espace est donc généreux à l’instar de la capacité du coffre de 482 l. Cette génération marque la disparition des instruments analogiques au profit du numérique, tournant ainsi une page de l’histoire de l’automobile. La dotation technologique est riche, à l’image de la console centrale agrémentée d’un écran de 12,3 pouces, de la surveillance des angles morts, de la caméra 360°, des aides à la conduite nombreuses ou encore des systèmes de divertissement des passagers.

Grand confort

Avec son C5 Aircross, Citroën a pour ambition de proposer le crossover routier le plus confortable du marché. Rien que ça ! Pour ce faire, les Chevrons ont une nouvelle fois fait appel aux suspensions à butée hydraulique progressive étrennées par le C4 Cactus restylé. Cette technologie, très utilisée en Rallye mais peu dans l’industrie grand public hormis chez Renault (Clio et Mégane RS, Alpine A110), offre un amortissement plus progressif à l’approche des fins de course. Les gains en termes d’agrément sont incontestables une fois à bord.
Les dispositifs Hill Assist Descent et Grip Control, qui favorisent l’adhérence en terrain hostile, complètent cette dotation technologique dédiée au confort routier et ouvrent des horizons off road au C5 Aircross. Pour le reste, le crossover fait confiance aux moteurs du groupe qui ont fait leurs preuves. On retrouve notamment le désormais incontournable 4-cylindres 1,6 l Turbo THP décliné en 165 et 200 ch, accouplé à la boîte automatique EAT6 e-shift. Une version hybride rechargeable est également dans les cartons, conçue autour d’un bloc thermique de 200 ch secondé par un bloc électrique portant la puissance totale à 300 ch.
À 24 700 € en 1,2 l turbo 130 Puretech, le C5 Aircross s’offre le luxe d’être plus accessible que le Peugeot 3008, avec qui il partage pourtant la même plateforme et le même moteur. Le diesel d’entrée de catalogue (BlueHDi 130) n’est accessible qu’à partir du deuxième niveau de finition Live… ce qui fait grimper le ticket d’entrée à 28 900 €, soit 1 400 € de plus qu’un Renault Kadjar équivalent. Le SUV de Citroën propose aussi deux autres 4-cylindres musclés, qui reçoivent de série la boîte ETA8. Il s’agit du 1,6 turbo-essence PureTech 180, disponible à partir de 33 150 €, et du diesel BlueHDi 180, à 36 050 € au bas mot. Une offre complète pour un séduisant routier.

Citroën C5 Aircross PureTech 130 S&S

Cylindrée : 1 199 cm3
Couple maxi : 230 Nm à 1750
Boîte de vitesses : BVM6
Conso mixte : 5,3 l
0 à 100 km/h : NC
Vitesse maxi : NC
CO2 : 119 g/l