Chroniques de confinement, jour 1

« Du jamais vu depuis la guerre » : pour tous les lédoniens, tout a basculé en un jour seulement.

0
687
Des files d'attente ordonnées devant les pharmacies

« Ca c’était avant ». Un terme conjugué par une majorité de lédoniens, pour qui tout à basculé en un jour. Suite aux annonces fracassantes de l’exécutif et au confinement total, la ville semble totalement désertée…à l’exception notable de certains commerces. A commencer par les pharmacies, où une queue se formait souvent sur les trottoirs, avec respect de la distance de sécurité obligatoire. Une distance également instaurée à l’extérieur de Géant Casino, pris d’assaut le 17 mars au matin. Selon un agent de sécurité, « nous avons été obligé d’installer un cheminement avec des barrières, comme dans les aéroports. Du jamais vu ».

Géant Casino et ses airs de hall d’aéroport…

Conséquence logique, certains rayons ont vite été dégarnis, ainsi qu’à Hyper U par exemple : papier toilette, mouchoirs, conserves, féculents, etc. « Du jamais vu depuis la guerre » pour certains aînés. Et une fièvre acheteuse qui a malheureusement conduit à une certaine promiscuité. Pourtant le service « Drive » fonctionne à plein régime, même s’il fallait compter 5-6 jours de délai à Hyper U. Même affluence aux bureaux de poste, où l’obligation absolue de maintenir ses distances n’était pas encore respectée. Des attitudes qui risquent de propager encore plus le coronavirus…

Le rayon ‘papier toilette’ à Hyper U Montmorot, quelques heures après l’ouverture.
Lons désormais ville morte, ou presque…