Chronique d’une famille ordinaire aux Forges de Fraisans

« Les Gunns habitent au 43 » est une pièce de la compagnie Teraluna, dédiée à la jeunesse et à leurs parents. Elle sera jouée ce vendredi soir.

114

Convaincue des bienfaits de l’action artistique et culturelle, la compagnie Teraluna a créé au fil de son parcours des objets artistiques qui permettent la rencontre avec un territoire. En permanente interrogation sur l’Autre, la compagnie est un espace de travail ouvert aux expérimentations.

Raconter une famille, c’est raconter la famille. C’est raconter sa famille. Peu importe le lieu et le temps. Nous sommes tous le fils de, le frère ou la sœur de… A ce titre, nous sommes concernés à chaque moment, parce que nous avons peut-être traversé ou assisté à des événements similaires.

La pièce suit l’itinéraire d’une famille ordinaire dans un temps fort de son existence. Elle raconte le moment de bascule qui survient lorsque les enfants s’apprêtent à quitter le foyer.

Dans un quotidien toujours sur la brèche, avec une joie et une soif de vivre permanente, les personnages abordent sans complexe une suite d’événements qui les bouleversent, les projettent et les entraînent vers un ailleurs et un autrement.

« Les Gunns habitent au 43 », comme une ode à la jeunesse et à leurs parents.

Cinq personnages

Pour servir cette histoire, cinq personnages – Dallas, le père. Hannah, la mère. Et leurs trois filles, âgées de 17 à 23 ans : Jenny, Lily et Mily. L’action se situe dans la banlieue de Glasgow, dans l’Ecosse du début du XXIe siècle.

Distribution : Sébastien Barberon, auteur et metteur en scène ; Eric Borgen ; Nadine Berland ; Charlotte Dumez ; Sarah Devaux.

Ce vendredi 7 février, à 20 h 30, aux Forges de Fraisans. Abonnement possible. 15 euros tarif normal, 12 euros réduit, 10 euros cartes jeunes, 5 euros enfants.