L’invitée de la semaine : Chloé Chamouton

L'auteur jurassienne vient de sortir un livre traitant de l'autonomie alimentaire. Un sujet de saison...

0
176

Vous vous êtes exilée en Bretagne. Mais vous êtes originaire du Jura. Rappelez-nous votre parcours professionnel ?
J’ai un parcours de journaliste dans la presse quotidienne régionale, ce qui m’a permis d’apprendre le terrain, puis pigiste en Bretagne pour des magazines professionnels et ensuite rédactrice web pour des sites dans la gastronomie avec, en parallèle, une activité d’enseignante en lycée professionnel et technologique.

Les Jurassiens vous connaissent aussi pour les nombreux ouvrages que vous avez publiés. Pouvez-vous nous présenter le dernier ?
Il s’intitule « Vers l’autonomie alimentaire ». Il est paru aux éditions Artémis. L’ouvrage se décompose en trois grandes parties. Une première est consacrée aux plantes comestibles qu’on trouve dans la nature (ortie, pissenlits, la consoude…). Elle est vraiment destinée à montrer qu’on peut se nourrir à partir des éléments autour de nous et qu’on ne connait pas forcément. A chaque fois, les vertus thérapeutiques sont présentées et des recettes proposées pour donner envie d’y goûter.

Et ensuite ?
La deuxième partie traite des fruits et légumes qu’on peut cultiver chez soi. Une vingtaine sont proposés. Ce sont les perpétuelles qui reviennent d’une année sur l’autre (artichaut, poireau, rhubarbe…) et tout ce qu’on connait, utile au jardin et facile à cultiver (pommes de terre, potiron, radis…). L’idée est de créer son jardin abondant pour avoir toujours à disposition des fruits et légumes.

Et la troisième ?
La troisième partie est consacrée à tout ce qui est méthodes de conservation : conserves en bocaux ; macération pour tout ce qui est fruits, cerises à l’eau de vie typiquement ; congélation ; lacto-fermentation qui va permettre de faire sa choucroute si on a du chou.
A chaque fois, il y des recettes de cuisine et le détail des vertus thérapeutiques. J’ai ajouté aussi des anecdotes sur les étymologies des plantes.

D’où vous est venu ce projet ?
On a travaillé avec cette maison d’édition avec mon mari sur Jardin malin et écolo, qui était plutôt axé pour avoir un jardin écolo. J’ai réussi à obtenir un entretien avec François Couplan pendant le premier confinement, ethnologue botaniste. Il m’a beaucoup parlé de ces plantes sauvages qu’on ne connait pas, pleines de vertus nutritives et c’est comme ça que j’ai proposé de réaliser cet ouvrage. Pendant le confinement, on s’est aussi beaucoup intéressé à ce qui était dans notre jardin, à proximité de chez nous, et j’ai beaucoup cuisiné nos orties ! Dans l’ouvrage, il y a aussi l’entretien avec François Couplan.

Comment se procurer cet ouvrage ?
Sur le site des éditions Artémis, www.editions-artemis.com. Il sera distribué dans les Cultura et à la Fnac. Tarif : 14.90 €, 125 pages. C’est un livre très coloré et très illustré.

De nouveaux projets d’écriture en cours ?
Toujours pour les éditions Artémis, La cuisine des sorcières, des recettes un peu magiques, certainement pour parution en septembre/octobre.