Jura. Lons-le-Saunier. “Changer de cap” présente six nouveaux colistiers

La liste gauche écologistes a rassemblé près de 120 personnes, et donné un nouveau souffle à sa campagne.

174
Jean-Yves Ravier (au micro) entouré par une équipe "jeune, dynamique et compétente".

Ils ont choisi leur camp, celui de “la justice sociale, du renouveau démocratique et de l’urgence climatique”. « Ils » se sont les six nouveaux colistiers de la liste gauche-écologistes portée jusque-là par Jean-Yves Ravier (tête de liste, SE), Anne Perrin (EELV), Thierry Gaffiot (PCF) et Claude Borcard (PS). S’ajouteront désormais à leurs noms ceux de : Perrine Dellon, 40 ans (médecin chef à l’hôpital de Lons), Florence Allagnat, 53 ans (enseignante et conseillère aux Prud’hommes), Jeanne Bottagisi, 65 ans (retraitée de la fonction publique), Nicole Paraiso, 65 ans (avocate), Antoine Jaillet, 34 ans (enseignant) et Willy Bourgeois, 31 ans (conseiller régional PS et directeur de communication dans le privé). Une équipe “compétente, jeune, dynamique” selon Jean-Yves Ravier, qui a mis en avant sa diversité, en attendant de dévoiler la liste complète le 29 janvier.

Hôpital, services publics et police municipale

“Il faut remettre l’humain au cœur des préoccupations” a-t-il martelé, taclant au passage les candidats Christophe Bois et John Huet “issus de la majorité municipale et ayant voté sans sourciller les actions de Jacques Pélissard”. “Comment seraient-ils capables d’orienter la ville dans une autre direction ?” a-t-il lancé à l’adresse des 120 sympathisants rassemblés au Carcom le 15 janvier.
Après avoir mouillé la chemise pour sauver l’hôpital lédonien, des ténors de “Changer de cap” restent fidèles à leur priorité : la santé. Mais aussi la démocratie participative, puisque le programme qui sera bientôt dévoilé émane des rencontres provoquées avec la population. A l’écoute de celle-ci, Jean-Yves Ravier a proposé de défendre le commerce, en particulier au centre-ville, grâce à l’embauche  d’un manager ad hoc. Fidèle à sa ligne de conduite, il a aussi prêché pour “la défense des services publics”, ce qui inclura la création d’une police municipale “pour faire de la médiation” plus que de la répression.

A suivre :
grand meeting le mercredi 29 janvier à 18h30 à la mezzanine de Juraparc.

Perrine Dellon et Antoine Jaillet.

De nouvelles têtes en politique

Perrine Dellon, 40 ans, exerce depuis 9 ans à l’hôpital de Lons, d’abord comme chirurgienne digestive, puis chef d’un département médical. Antoine Jaillet, 34 ans, fait lui aussi figure de “petit nouveau”. Professeur d’histoire-géographie au collège Briand, il fut joueur au R.C. Lons avant d’y devenir entraîneur. Davantage connue, Nicole Paraiso, avocate depuis 42 ans à Lons, mise sur la capacité de “cette liste…/…rêvée pour privilégier le vivre ensemble”.