Un pôle culturel indispensable

Lors du dernier conseil municipal, le maire Guy Saillard a estimé que bibliothèque et musée « d’un autre temps » devaient céder la place à un pôle cohérent et moderne.

47
Les scolaires fréquentent autant la bibliothèque que les adultes (près de 30.000 prêts par an).

Quid du pôle culturel ?

La question est venue de Jean-Louis Duprez, conseiller municipal de la minorité : « Quand aura lieu le déménagement de la bibliothèque ? » dans le pôle culturel destiné à voir le jour en lieu et place de l’ex école de l’Hôtel de ville. « Nous avons reçu le directeur départemental de la culture le 10 mai pour visiter les locaux » a répondu Guy Saillard. » On ne va pas se voiler la face : avec 688 visiteurs au musée en 2018, les boucles de ceinture mérovingiennes n’attirent pas les foules. Le musée comme la bibliothèque sont d’un autre temps, celui des années 70 ». Le maire a donc confirmé la volonté de « dynamiser la bibliothèque, elle sera transformée en médiathèque », et de créer un musée « où les visiteurs soient actifs : qu’ils puissent toucher, bénéficié d’animations ». Le nouveau pôle permettra aussi aux associations locales d’artistes de bénéficier d’une salle d’exposition digne de ce nom, voire d’une salle de conférences qui pourrait accueillir par exemple les conférences de l’université ouverte (hébergées actuellement dans le lycée P.E. Victor). Toutefois, ce gros dossier sera traité dans le mandat suivant (après les élections municipales de 2020) a précisé Guy Saillard…

46 usagers/jour à la bibliothèque

La bibliothèque municipale fait son petit bonhomme de chemin, comme en atteste son rapport d’activité pour l’année 2018 : 28.131 documents ont été prêtés à des enfants, et 29.196 à des adultes. Elle compte près de 26.000 documents, complétés par le fonds de bibliothèques extérieures si besoin (système Jumel). 1.600 usagers l’ont fréquenté en 2018, dont 44% de champagnolais : une moyenne de 46 passages par jour. Si ce chiffre est stable, il ne reflète pas  l’activité plus intense des deux journées « chaudes » (les mercredis et les samedis) selon Annelise Martin, adjointe à la culture à la ville de Champagnole. Enfin le récolement a permis d’éliminer 2428 ouvrages « out » en 2018, 550 ont été achetés par des particuliers lors de la vente de livres d’occasion qui a lieu chaque année en juin.