Jura. Champagnole-Nozeroy-Jura, le Qatar du bois-énergie

Plateforme de stockage de bois déchiqueté, nouvelle zone commerciale à Champagnole, abattoir : le dernier conseil communautaire de la mandature a examiné plusieurs projets majeurs. Tour d’horizon.

0
386
L'abattoir perd chaque année de l'argent en raison d'un tonnage limité. Crédit photo : CNJ.

La plateforme de stockage bois-énergie

Les premiers bois scolytés destinés à la nouvelle plateforme bois-énergie de Montrond vont être coupés dans les prochaines semaines : pas encore pour être déchiquetés et pour alimenter un réseau de chaudière bois disséminées sur le territoire, mais pour constituer sa charpente. Selon Clément Pernot, le projet avance vite, très vite même, comparé à d’autres projets qui mettent dix ans à aboutir. Car l’enjeu est d’importance : transformer la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CNJ) en « Qatar du bois énergie ». Un trait d’humour du président lié aux énormes ressources forestières disponibles sur place, renforcées par leur dépréciation due aux scolytes (insectes ravageurs).
Clément Pernot a fait montre de pédagogie, car il existe une prise de risque et des investissements conséquents à prévoir (réseau de chaufferie bois déchiqueté à créer) : « on n’a pas vocation à détenir seulement de la plaquette bois, c’est une démarche militantes basée sur les circuits courts ».
Pierre Brégand, vice-président de CNJ, a rappelé qu’elle s’inscrit pleinement dans le « plan climat », visant à ‘verdir’ toutes les collectivités locales françaises. Le conseil a voté 2.165.388 € TTC de travaux pour construire la plateforme où seront broyés les bois, un premier maillon de la chaîne indispensable, puisqu’il sera la base du système.

Une nouvelle zone commerciale sur les rails

Fidèle à sa stratégie d’expansion, Clément Pernot a proposé au conseil la vente d’un gros tènement (14 879 m²) situé sur une ancienne friche industrielle, avenue de Lattre de Tassigny (face à Action et Extra, à côté de la voie ferrée). Une vente particulièrement intéressante, car conclue au prix de 80 €/m(HT) avec la SARL GN Promotion, représentée par Mr NICOD et ESPIRAT : un tarif « rarement vu sur la ville de Champagnole » et bien négocié, qui rapportera 1,186 million € à CNJ.
« Ces nouveaux commerces n’entreront pas à priori en concurrence avec des commerces déjà existants » a précisé Clément Pernot, ajoutant qu’il « existe déjà assez d’offres alimentaires sur la ville » par exemple.
« Une place sera réservé aux commerçants locaux qui en ont émis le souhait » a-t-il conclu.

Abattoir : « trouver un nouveau modèle économique ».

Le cumul de déficits d’exploitation de l’abattoir intercommunal (estimé à 58.750  pour 2020, soit 31% des dépenses prévisionnelles) a fait réagir Clément Pernot. « Le tonnage est loin de celui prévu au départ, l’abattoir fonctionne avec un client quasi exclusif ».
Selon lui, « ceux qui le désiraient ne s’y impliquent pas », et cet outil ne profite pas aux exploitations agricoles du secteur. Le président de l’intercommunalité est même allé plus loin en ajoutant : « L’abattoir n’aurait jamais dû naître, on rame fortement  depuis 2008». Des propos tempérés par le constat « qu’il fait travailler 15 personnes aujourd’hui, et qu’il faut trouver un nouveau modèle économique.
Cela devient urgent » a conclu le président, décidé à ne pas laisser la situation se dégrader et peser sur le budget –particulièrement sain- de CNJ.