L’école Jules Ferry veut garder son poste

0
112
Des parents d'élèves se sont mobilisés contre la décision de l'Education Nationale.

“Un poste que plus que de maître” : c’était selon Pascal Grenier, adjoint champagnolais aux affaires scolaires, un dispositif national permettant d’accompagner des enfants en difficulté. Face au retrait annoncé de ce poste à la rentrée de septembre, beaucoup de parents s’en sont émus. Mis en cause par certains, le maire Guy Saillard a vivement réagi : “Je me suis battu, mais c’est une décision nationale. On nous pique un poste pour le mettre dans une autre école”.
Pascal Grenier l’a expliqué : “Ce n’est pas ce poste qui disparaît, mais le dispositif afin de récupérer des postes pour dédoubler des classes de CP”.
Une autre réforme éducative menée à effectif d’enseignants qui expliquerait ces vases communicants…

Un peu d’espoir, quand même…

Certains parents d’élèves ayant aussi insinué que la ville de Champagnole favoriserait Reeves au détriment de Ferry, Clément Pernot, conseiller municipal, est monté au créneau : “Qui peut croire qu’il n’y aurait plus qu’un seul groupe scolaire dans notre ville ? Cela supposerait un groupe à 13 ou 15 classes ! Il nous a fallu 10 ans pour monter cela (cette organisation territoriale N.D.L.R.) : supprimer un groupe, cela n’a aucun sens” s’est-il emporté. Sur l’avenir de Ferry, Guy Saillard conclut résolument optimiste : grâce aux nouvelles maisons “Sur Vallières” et aux nouveaux locatifs de la Maison pour tous, “nous espérons déjà une dizaine d’enfants de plus sur Valentenouze” l’an prochain.
Autant d’élèves à venir dans quelques années à Ferry…