Champagnole : le maire détaille ses projets pour 2021

Associations, pistes cyclables, logement, écoles : faute de vœux à la population, Guy Saillard évoque certains dossiers de l’année à venir.

0
138
La cour d'école d'Hubert Reeves sera complétée par deux autres cours en extérieur.

Logement : encore quelques places de lotissements

« Tout a été vendu »…ou presque. Selon Guy Saillard, la demande de construction de maisons individuelles reste soutenue. La plupart des lotissements actuels affichent donc complets, à l’exception notable de Vallière. « Deux grandes parcelles de 5.600 m2 et de 3.500 m2 avaient été fléchées pour que des promoteurs investissement dans du pavillon en bandes ». Le projet étant resté en l’état, une quinzaine de parcelles sont donc proposées à la vente à des particuliers, portant le total à environ 70 maisons. Face à la demande, des projets de créations de lotissements sont à l’étude en face de la gendarmerie, mais aussi sur le bas du lotissement du « Grand parc ». Du côté des nombreux logements anciens, voire vétustes, qui peuplent le centre-ville, le maire se montre plus circonspect. Même si une étude a recensé leur étendue, le bât blesse sur l’inaction des propriétaires « qui habitent parfois loin de Champagnole, s’en désintéressent complètement ». Dans le domaine privé, Champagnole mise donc plutôt sur l’incitation, grâce aux nombreuses aides publiques existantes, Guy Saillard étant même « prêt à participer à la subvention d’ascenseurs ».

Davantage de pistes cyclables

Champagnole, cité de la petite Reine : après plusieurs passages du Tour de France, la ville a choisi de renforcer le maillage en pistes cyclables et autres voies vertes. Selon Guy Saillard, presque 3 km ont été créés ou aménagés en 2020 : 1500 mètres entre la scierie Grandpierre située route de Sapois et le collège des Louateaux, « ce qui permet aux collégiens de Sapois de rejoindre leur établissement en vélo » ; 530 mètres sur l’avenue Jean-Jaurès en direction de la route de Syam ; mais aussi 550 mètres d’enrobé refait sur l’avenue de Lattre de Tassigny, ou sur la montée de Bellefrise depuis le Pont Neuf sur l’Ain. Le plan général d’organisation des déplacements doux sera d’ailleurs consolidé en 2021, même si Guy Saillard replace l’usage du vélo en milieu rural dans son contexte. Contrairement aux métropoles, où l’usage domicile/travail se généralise, à Champagnole les cyclistes relèvent plutôt de la catégorie des juniors ou des balades en famille. Ce qui n’empêchera pas la ville d’investir en 2021 dans une dizaine de vélos électriques pour permettre aux champagnolais de tester ce mode de locomotion qui requiert un budget assez conséquent. « Nous allons nous inspirer de ce qui existe à La Rochelle et Saint Claude pour proposer des locations de 3, 6 voire 12 mois » explique le maire qui ne tient pas à donner dans le système « Vélib », afin d’éviter les dommages occasionnés aux couteuses montures.

Trois cours d’école à Hubert Reeves ?

La Covid a modifié les us et coutumes des écoliers : d’ordinaire heureux de se mêler durant les récrés, chaque classe doit désormais jouer ensemble dans un espace dédié. « Les enseignants ont utilisé le vaste pré situé derrière l’école pour le transformer en deux espaces de récréation. Nous avons pour projet de l’aménager à moyen terme, en bitumant peut-être une partie » confie Guy Saillard. Du côté du stationnement aux heures de pointe, il affirme de nouveau : « On ne se gare pas devant l’école », des places étant selon lui disponibles dans les environs.

Une vie bien triste sans associations

« S’il n’y avait pas de vie associative, la vie serait bien triste » : faisant référence au dynamisme associatif de Champagnole, le maire se dit « attentif aux difficultés des associations », et espère un rebond dans l’ère post-Covid, tout en ne cachant pas sa contrariété de voir les manifestations annulées les unes après les autres. Prochains dilemmes à prévoir : le maintien de l’été musical, ou de la fête foraine prévue le 20 juin.