Chalet de la haute Joux : le tourisme haut de gamme prospère

L’hiver s’annonce plutôt bien pour le village-vacances et ses meublés avec jusqu’à 90% de clients fidèles, conquis par un environnement de qualité. Une sorte d'antithèse au tourisme de masse qui pourrait donner naissance à un autre village-vacances...

260
La piscine et l'espace bien-être "cartonnent" été comme hiver témoigne Guy Vacelet.

« On joue beaucoup sur la qualité, en particulier sur le relationnel » : pour Guy Vacelet, directeur du chalet de la Haute-Joux, on est loin à Cerniebaud du tourisme de masse. L’établissement offre 120 lits répartis entre un bâtiment principal (80 lits) rénové en 1999 et des vastes chalets qui plaisent beaucoup. Ces loges d’une surface de 70 m2 regroupent deux chambres de 2 et 3 lits, une salle de bains, un WC, un coin salon salle à manger qui s’ouvre sur une petite terrasse ensoleillée. Et surtout un « look » original mêlant construction à ossature bois et chalet, de quoi dépayser des vacanciers venus chercher le calme, la sérénité et le côté nature sur ce plateau de Nozeroy. Les loges du Jura sont classées 4 étoiles dans la catégorie meublés de tourisme et avec une moyenne de 27 semaines d’occupation par loge pour l’année, Guy Vacelet se dit plus que satisfait. « Pour nous l’objectif est atteint. La stratégie de l’amélioration de la structure et de son confort a été une réelle opportunité que nous avons su saisir».

 

Une majorité de séjours packagés

 

Il faut dire qu’en  2007, le Chalet de la haute Joux a entrepris divers aménagements en parallèle à la création de ces 5 loges, dont la création d’un espace bien-être comprenant une piscine couverte, un sauna et un hammam. Toutes ces améliorations ont été à l’origine d’un investissement lourd réalisé par la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CCCNJ), d’un total de 1 600 000 €. Un investissement payant car « tout ce qui touche à la nature,  au plein air, et au bien-être a le vent en poupe » ajoute l’heureux directeur. Le concept « clé en mains » plaît également à des clients assez exigeants, mais qui ont les moyens : « Nous vendons surtout des produits packagés, à savoir l’hébergement, la restauration et un cocktail d’activités de plein air. L’été par exemple : VTT, randonnée (à pied ou à cheval), tir à l’arc, escalade, parcourt aventure, canoë, biathlon, spéléo, etc. Tandis que l’hiver nous proposons par exemple le cocktail givré avec ski (de fond et alpin), raquettes, snow tubing (bouée), ski de randonnée hors piste, etc. Sans oublier les activités culturelles : visite de la fruitière de la Barroche, d’une ferme d’antan, du parc polaire, etc ». Un panel d’activités (assurées en partie par des prestataires extérieurs) qui garantissent aux vacanciers un séjour riche en découvertes et en loisirs.

 

Un canon à neige et une réflexion pour les hivers « sans »

 

Et si la neige venait à manquer cet hiver ? Guy Vacelet n’écarte pas cette hypothèse (récurrente depuis le début des années 90), mais met en avant la possibilité de monter jusqu’au chalet de la Bourre ou d’accentuer encore les activités « bien-être ». « Je ne crois pas beaucoup aux activités d’été transposées en hiver » confie-t-il, une réflexion est donc en cours à ce sujet. Cependant, réchauffement climatique aidant, la location d’un enneigeur artificiel est envisagée afin de produire de la neige de culture au départ des pistes (à 200 mètres du chalet de la Haute-Joux). Cela permettrait aussi à un tapis roulant de mieux fonctionner pour permettre aux vacanciers de s’amuser via des descentes en snow-tubing ou en ski (parcours pimenté d’obstacles). L’été dernier, le Chalet a aussi attiré les amateurs de nuits fraiches, qui ont délaissé les activités physiques pour se concentrer plutôt sur les lacs et la piscine (couverte), dotée pour l’occasion d’une plage extérieure aménagée. Le secret de la réussite tient aussi et surtout au relationnel et à la convivialité qui se dégage de la structure. Pour l’avenir, Guy Vacelet, souhaite continuer sur cette lancée afin de rester en accord avec les désirs d’une clientèle toujours plus exigeante. Pour faire fructifier ce succès, la communauté de communes CCCNJ envisage aussi de créer à proximité un autre village-vacances, doté lui aussi d’un espace de balnéothérapie et proposant –comme son « frère »- de nombreuses activités aux touristes. Un projet ambitieux dont les plans de financement sont à l’étude.