C’était (bien) Champagnole…avant l’an 2000

Le nouveau livre de Constance Rameaux et Daniel Ziv croque 50 ans d’histoire champagnolaise à travers 50 témoignages de « vrais gens ». Souvenirs souvenirs…

282
Au mont Rivel, les sauveteurs tentent de rentrer en contact avec les emmurés.

Les baignades à la piscine de l’Angillon, la catastrophe du mont-Rivel, Jouef, la clinique Saint-Joseph, le lycée Javel, le déluge et les inondations de juillet 1977, sans oublier la vie de quartiers typiques : embarquez dans « C’était Champagnole…avant l’an 2000 », remontez le temps dans la seconde partie du siècle dernier pour appréhender toute l’histoire de la Perle du Jura. Pas l’histoire avec un grand H trop empesée ou trop académique, mais les histoires d’une myriade de témoins qui ont fait Champagnole. Constance Rameaux, journaliste indépendante, est en effet partie à la rencontre des « vrais gens », ceux que vous croisez tous les jours dans les rues de Champagnole, pour évoquer les thèmes qui parlent à tous. Selon Daniel Ziv, l’éditeur basé aux Nans, non loin de Champagnole, l’idée de ce livre 100% jurassien est venue de Guy Saillard, maire de Champagnole et de son adjointe à la cohésion sociale Ghislaine Benoit. Ce deuxième livre s’inscrit en effet dans une collection dédiée à la mémoire locale. « Dans le premier ‘Des vies… Mon histoire’, nous avions demandé aux pensionnaires de la Résidence André Socié, de nous raconter un souvenir marquant de leur vie » explique Daniel Ziv. La voie était toute tracée pour élargir ce travail patrimonial à travers quelques figures locales, tel Pierre Binda, le président du club de rugby, qui retrace les glorieuses heures des « Verts » (et la montée en 3e division),…avec entre autres à un certain Guy Saillard en 2e ligne. Ou Marc Thiabaud, chef du service entretien des cimenteries, qui se rappelle du « sombre 27 juillet 1964 et de la catastrophe du mont Rivel ». « Les opérations de sauvetage se poursuivaient jour et nuit sans interruption, avec des machines puissantes qu’il fallait alimenter en eau, air comprimé et courant électrique » explique-t-il en parlant des coulisses du sauvetage des ouvriers pris au piège.

« Les Verts » (au centre : le « 2e ligne » Guy Saillard.

L’acide qui rongeait les mains aux Forges

Ou encore Maria & Raymond Winiecka-Ripotot qui évoquent le prestigieux passé du grand hôtel Ripotot, « continuant à recevoir des chefs d’état comme le roi d’Égypte Fouad 1er ou le sultan du Maroc, ainsi que de nombreuses célébrités : Tristan Bernard, François Mauriac, Yvonne Printemps, Pierre Fresnay, Jean-Louis Barrault, etc. ». A propos de commerces, comment ne pas évoquer ceux de la Grand’ rue avec Jeanine Ronget & Michel Janin : malgré l’inauguration du « Suma » en 1969, « La Grand’ rue se suffisait presque à elle-même – les Champagnolais du centre-ville faisaient tous leurs courses avenue de la République, sans avoir besoin de prendre leur voiture ! ». C’était le temps où le commerce était florissant : « Des commerces de bouche, bien sûr (épiceries, boulangeries, boucheries…), mais tous les secteurs étaient représentés : les vêtements (Bellague, Greusard, Prost-Cottet, Morilhat…), les chaussures (Gaudron, Lacroix…), le bazar (Cattenoz, Millet-Degand…), la quincaillerie (Bourgeois-Rodet, Bassan puis Pacquelet, Buclet, Dussouillez…), la bijouterie (Magnin, Pichon…), la mercerie, le sport… Certaines enseignes ont même défié le temps et ont toujours pignon sur rue depuis plus d’un demi-siècle, comme Alligier, Bouveret-Sart, Janin, Javaux, Morilhat… ». Pour finir, comment évoquer Champagnole sans son riche passé industriel avec Claude Jacques a travaillé trente-et-un ans aux « Aciers de Champagnole » : « Aux Forges, le travail était difficile –l’acide surtout, qui rongeait les mains. Je suis resté trois ans et je suis finalement parti…/… A cette époque-là, c’était facile de retrouver du travail. J’ai demandé du boulot aux Aciéries ! ». Tous ses souvenirs et tant d’autres (une cinquantaine de témoignages environ) sont à retrouver dès à présent dans ce livre illustré de photos d’époque.

C’était Champagnole…avant l’an 2000, z4editions, 18 €. En vente dans les librairies et les grandes surfaces champagnolaises, ainsi qu’à la bibliothèque municipale entre autres.

Contact : www.z4editions.fr